Société

Edito - Manuel Valls a gagné son pari hier, le gouvernement est-il pour autant légitime ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu mercredi 30 avril 2014 à 7:01

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

Sur le strict plan démocratique, oui bien sûr, mais il l'était déjà avant le vote. Les électeurs ont désigné en 2012 une majorité conduite par François Hollande. Ce ne sont pas les débats gauche-droite ou au sein de la gauche qui vont modifier cette situation. En revanche on a un peu envie de remettre le plan Valls dans le bon sens. Ce sont les résultats qui le rendront légitime. Il ne peut plus y avoir de chèque en blanc ou plus exactement rempli avec les euros de nos impôts. Pour le moment nous sommes dans la partie la plus dure du pari. Il faut se serrer la ceinture, espérer que l'Etat se réforme, condamnés à croire aux promesses qui nous sont faites. Qu'on ne s'y trompe pas, l'UMP ou n'importe quel autre parti qui serait demain à la tête du gouvernement aurait exactement le même dossier sur la table. Des dettes, une économie en panne, des chômeurs par millions. Et tout cela sous surveillance de Bruxelles.Le pire serait de ne rien faire. Il ne fallait pas s'attendre à une ovation lorsque le premier ministre a présenté son plan. Chacune, chacun a une bonne raison de râler ce qui limite singulièrement les appels au patriotisme que certains voudraient lancer.Dans un pays en crise, l'égoïsme prend parfois des allures de bouée de sauvetage. Mais c'est un peu illusoire. C'est l'ensemble du pays qui doit s'en sortir. Il sera toujours temps de le rappeler si demain nos comptes s'améliorent. Tout le monde devra en bénéficier.C'est pour toutes ces raisons que les déchirements entre socialistes ou les coups de boutoirs violents de l'UMP risquent d'agacer les électeurs qui aimeraient la fin de ces procès permanents en sorcellerie dont nous ne tirons aucun bénéfice. De la parole aux actes et surtout aux résultats. Vite.

Edito. La légitimité de Valls