Société

EDITO - Manuel Valls premier ministre va-t-il changer fondamentalement la politique suivie jusqu'ici ?

Par Jean-Laurent Bernard, France Bleu mardi 1 avril 2014 à 7:04

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

Il doit sans doute avoir négocié de très près sa feuille de route avec le Président de la République. Sinon, c'est de l'inconscience.Manuel Valls part avec deux écueils devant lui : la mauvaise situation économique de la France où le chômage le dispute au déficit dramatique de nos finances, et une opposition conduite par l'UMP qui va lui mener la vie dure. La droite entend capitaliser sa victoire historique aux élections municipales et surtout empêcher Manuel Valls de venir lui grappiller de bonnes opinions puisqu'il est plutôt en forme dans les sondages. Si François Hollande ne le laisse pas s'affranchir de toutes les composantes de sa majorité hétéroclite, son nouveau premier ministre se retrouvera aussi paralysé que son prédécesseur. Or, il y a urgence, Bruxelles attend la France au coin du bois puisqu'une fois encore nous ne tenons pas nos promesses d'enrayer nos dépassements budgétaires. Manuel Valls devra jouer sur deux leviers essentiels et pas forcément populaires notamment à gauche : aider les entreprises à créer des emplois via le pacte de responsabilité et divers allègements de charges, lancer une réforme fondamentale de l'Etat avec en ligne de mire les fameux 50 milliards d'économie. Si l'homme a déjà démontré une vraie capacité de chef et de rentre-dedans, il lui faudra malgré tout obtenir des résultats rapides et incontestables. Sa notoriété  ne résistera pas longtemps aux coups de boutoirs de l'UMP, du Front National et d'une bonne partie de la gauche, en prime il part avec le caillou dans la chaussure de l'impopularité record de François Hollande et du gouvernement démissionnaire. Il n'y aura pas de milieu entre un échec cinglant ou une réussite tremplin vers d'autres horizons.

Edito. Manuel Valls premier ministre va-t-il changer fondamentalement la politique suivie jusqu'ici ?