Société

Educateurs de rue : le cri d'alarme des associations gardoises

Par Jérôme Plaidi, France Bleu Gard Lozère mercredi 25 février 2015 à 10:00

Éducateur de rue (photo d'illustration)
Éducateur de rue (photo d'illustration) © MaxPPP

C'est un véritable cri d'alarme que lancent les associations de prévention spécialisées du Gard. Elles dénoncent les baisses de budget et en appellent aux politiques pour sauver une jeunesse qu'elles estiment en danger. Olivier Tivoli, directeur de l'ADPS 30 était, mercredi 25 février, l'invité de France Bleu Gard Lozère.

"Faut-il attendre un nouveau drame à la Charlie Hebdo pour se rendre compte de l'importance des éducateurs du rue dans les quartiers ". C'est le cri d'alarme que lancent  les associations de prévention spécialisées du Gard.

Elles sont au nombre de quatre : Riposte, Samuel Vincent, Avenir Jeunesse, et ADPS 30. Elles s'occupent d'environ 1 200 jeunes par an dans le cadre de chantiers éducatifs, elles interviennent dans les établissements scolaires, mènent des actions permanentes en direction des familles, et assurent une présence sociale sur l'ensemble du territoire.

Le département a voté une baisse de 10% de leur budget , ce qui représente la disparition de six à huit postes dans le Gard, sur 24. Après les attentats le rôle de la prévention auprès des jeunes dans les quartiers a pourtant été mis en évidence, comme nous le montre ce reportage de Lola Fourmy.

Educs de rue - reportage

Olivier Tivoli, directeur de l'ADPS 30, c'est l'association pour le développement de la prévention spécialisée.

Olivier Tivoli, invité de FB Gard Lozère