Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Education : Blanquer promet une augmentation de 70 à 90 euros par mois pour les jeunes professeurs dès 2021

-
Par , France Bleu

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education, a expliqué ce jeudi que les hausses de salaires des professeurs, prévues dans le cadre de la réforme des retraites, seraient comprises entre 70 et 90 euros nets par mois dès l'an prochain, pour les professeurs en début de carrière.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale. © Maxppp - Alexis Sciard

Les hausses de salaires des professeurs, censées compenser les effets néfastes de la réforme des retraites pour les enseignants, pourront être comprises entre 70 et 90 euros nets par mois dès 2021, a déclaré Jean-Michel Blanquer ce jeudi sur RTL. Le ministre de l'Education nationale a expliqué que cette première revalorisation concernerait les professeurs en début de carrière.

"Des hausses très substantielles pour les jeunes professeurs"

"Un prof qui commence aujourd'hui est à 1.600 mensuels environ, ce n'est pas assez", a estimé Jean-Michel Blanquer. "Les augmentations, ça peut se traduire dès 2021 par des hausses très substantielles pour les jeunes professeurs : nous voulons dès l'an prochain une augmentation qui puisse être entre 70 et 90 euros nets par mois",a précisé le ministre.

Lors de discussions qui se sont ouvertes lundi avec les organisations syndicales, il a annoncé son intention de consacrer 500 millions d'euros à ces revalorisations, qui prendront donc effet en janvier 2021. Tous les professeurs devraient ainsi voir leurs rémunérations augmenter, mais pas forcément des mêmes montants.

Il a jugé le montant "significatif d'autant plus que c'est une augmentation qui continuera au cours des années suivantes". Cet effort de 500 millions d'euros va devoir en effet se renouveler et s'amplifier jusqu'en 2037, quand les premiers professeurs concernés par la réforme vont partir à la retraite, pour compenser les effets négatifs de la réforme sur les pensions de retraite des enseignants.

Des engagements financiers qui restent à graver dans le marbre de la loi

A cette date, il faudrait mettre environ 10 milliards d'euros de plus qu'aujourd'hui dans les rémunérations des enseignants. Pour atteindre cet objectif, le ministère de l'Education nationale a imaginé un processus cumulatif avec donc une première marche de 500 millions en 2021. A celle-ci se rajouteront de nouvelles marches tous les ans. Quand on cumule toutes ces sommes annuelles, on atteint un montant total considérable, sur toute la période 2021-2037.

L'UNSA éducation estime l'effort nécessaire au total sur 16 ans à au moins 76 milliards d'euros. Des chiffres que le ministère ne confirme pas. En comparaison, le budget annuel de l'Education nationale est de 53 milliards d'euros.

Pour garantir cet engagement, le ministre de l'Education propose une loi de programmation pluriannuelle. Mais il faudrait donc que cette loi couvre toute la période concernée, c'est-à-dire 16 ans. Du jamais vu.

En échange : une redéfinition du métier d'enseignant

L'entourage de Jean-Michel Blanquer explique qu'il faut veiller à ce que l'opinion publique comprenne l'effort financier majeur demandé à la nation pour augmenter les professeurs. Il faut que ces revalorisations aient un sens, qu'elles ne soient pas un chèque en blanc. Le ministre entend profiter des six mois de discussion qui s'ouvrent pour tout remettre à plat et notamment redéfinir le métier d'enseignant.

Les syndicats craignent que ces revalorisations soient conditionnées à des "contreparties" comme une hausse du temps de travail. Un terme que ne reprend pas le ministre, qui souligne que tout sera "mis sur la table pour améliorer le service public".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu