Société

Éducation : la Côte-d'Or pourrait perdre six postes de RASED

Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne jeudi 16 avril 2015 à 8:25

Les RASED encadrent des élèves en difficultés ou en situation de handicap.
Les RASED encadrent des élèves en difficultés ou en situation de handicap. © paul_brighton - Fotolia.com

Quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés ce mercredi devant le rectorat de Dijon : élus, enseignants, parents sont venus défendre les RASED (Réseaux d'Aide Spécialisés aux Elèves en Difficulté).

En Côte-d'Or, les RASED (Réseaux d'Aide Spécialisés aux Elèves en Difficulté) sont aujourd'hui dotés de 96 postes mais l'Éducation nationale veut supprimer deux postes de psychologues et quatre de rééducateurs, à la rentrée de septembre. Olga Jacques, la secrétaire départementale du SNUIPP en Côte d'or (le principal syndicats d'enseignants dans le primaire) dénonce un double discours du gouvernement : d'un côté, l'Etat affiche des ambitions pour aider les élèves à la peine ; de l'autre, les moyens ne suivent pas.

Olga Jacques, la secrétaire départementale du SNUIPP en Côte d'or

 

Sophie Xenard est "maître E" dans le Rased de Sombernon, autrement dit enseignante chargée de l'aide pédagogique aux élèves qui peinent à suivre. Sa structure a déjà perdu un poste de pyschologue il y a quelques années. En septembre, elle devrait perdre un poste de rééducateur. L'enseignante va se retrouver seule et cela l'inquiète. Ce manque de personnel dans les RASED, Philippe Lucotte le connaît bien. Le maire de Senailly est venu du Montbardois pour alerter sur le sort de son RPI d'une trentaine d'élèves. Sachant qu'en moyenne 10% des élèves sont en difficulté, le SNUIPP demande un RASED par tranche de 800 élèves mais selon les calculs du syndicat d'enseignants, en septembre, sur certaines zones du département, il y aura un RASED pour 2000 élèves.