Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Effondrement d'un balcon à Ginko à Bordeaux : certains habitants veulent partir

mercredi 5 août 2015 à 19:23 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

Depuis l'effondrement d'un balcon de la résidence Saint-Exupéry mardi après midi dans le quartier Ginko à Bordeaux-Lac, les habitants défilent, médusés, devant le bâtiment. Les 16 balcons de la résidence sont désormais interdits d'accès et seront solidifiés d'ici jeudi soir, promet la mairie.

Les habitants du quartier n'en croient pas leurs yeux
Les habitants du quartier n'en croient pas leurs yeux © Radio France - Florence Pérusin

Les investigations des experts se poursuivent depuis mardi après midi dans le quartier Ginko à Bordeaux-Lac, après l'effondrement d'un balcon de la résidence Saint Exupéry. Les 16 appartements sont en train d'être inspectés de fond en comble pour en vérifier la structure. "Les balcons sont en train d'être étayés et l'accès y est strictement interdit, jusqu'à nouvel ordre " a rappelé aux habitants ce mercredi, Didier Cazabonne, l'adjoint au maire de Bordeaux qui s'est rendu sur place.La ville attend maintenant les conclusions de l'enquête, pour se retourner, éventuellement, contre Bouygues Immobilier.

Un accident rarissime

Bouygues Immobilier, par la voix de son directeur régional Philippe Cousty, a tenu ce mercredi après midi a rappelé que cet acicdent était rarissime et "qu'il ne remettait absolument pas en question la sécurité des autres bâtiments."

Il n'empêche, certains propriétaires s'inquiètent du prix de leurs biens dans un quartier où les bâtiments font déjà l'objet de nombreuses malfaçons. D'autres, comme Jérémy et sa famille, ne se sentent désormais plus en sécurité et souhaitent partir de Ginko au plus vite.

Jérémy veut désormais quitter le quartier Ginko

Au total, à Ginko, ce sont 7 000 logements neufs qui doivent sortir de terre.