Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Haute-Garonne : effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn

Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn : après le drame les conducteurs de camion pointés du doigt

-
Par , France Bleu Occitanie

Alors que le poids du camion semble être la cause de l’effondrement du pont de Mirepoix, les professionnels de la route sont pointés du doigt. Ils sont accusés de ne pas toujours respecter les limitations de tonnage et de suivre machinalement leur GPS. Des critiques qu'ils contestent.

Les critiques se multiplient autour des conducteurs de poids lourd
Les critiques se multiplient autour des conducteurs de poids lourd © Maxppp - Radio France/Maxppp

Mirepoix-sur-Tarn, France

Depuis lundi et l'effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn, les critiques et les interrogations se multiplient autour des conducteurs de poids lourd. Ils sont accusés de ne pas toujours respecter les limitations de tonnage sur les ponts. À Mirepoix par exemple, les habitants ont expliqué avoir vu régulièrement de "_gros camion_s" passer sur l'édifice qui s'est écroulé. La mairie aurait même fait un signalement.   

Les conducteurs sont aussi accusés de suivre machinalement leur GPS. Alors que ces appareils ne prennent pas forcément en compte la taille et le poids du camion. Ils entraîneraient les chauffeurs vers des routes non-adaptées pour eux. La Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et Solidaire, Emmanuelle Wargon, a même évoqué après le drame la possibilité de modifier le système pour intégrer dessus les édifices à risque. 

Une profession qui se défend

Mais du côté de la profession, on bat ses accusations en brèche. Les transporteurs routiers ne dépassent pas les limitations de tonnage sur un pont. La seule exception qui existe c'est lorsqu'ils ont une dérogation de la préfecture. Ils expliquent aussi préparer leurs trajets à l'avance et anticipent les routes qui peuvent présenter une difficulté. Enfin, les conducteurs bénéficient d'une formation tous les 5 ans. Il rejettent également la faute du drame de Mirepoix. Ils précisent que le conducteur du camion ne travaillait pas dans le secteur du transport routier mais dans celui de la construction. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu