Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Egalité hommes-femmes : en Centre Val-de-Loire, une PME sur cinq fait figure de cancre

La Direccte du Centre Val-de-Loire dresse le bilan de la loi de septembre 2018 qui oblige les entreprises de plus de 250 salariés à publier leur index de l'égalité salariale entre les hommes et les femmes. Résultat : sur 181 entreprises, 19% sont obligées, dès cette année, de corriger leur situation

Manifestation du 8 mars à Paris
Manifestation du 8 mars à Paris © Maxppp -

Orléans, France

Dans le Centre Val-de-Loire, une entreprise de plus 250 salariés sur cinq va devoir prendre des mesures correctives pour améliorer l'égalité hommes-femmes, et ce dès cette année. C'est ce qu'indique la Direccte, la direction régionale des entreprises, de concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, qui dresse ce mardi le bilan de l'application de la loi de septembre 2018 qui oblige les entreprises à publier un index de l'égalité professionnelle (83% des entreprises l'ont fait à ce jour).

Précisément, dans la région Centre Val-de-Loire, sur 181 entreprises concernées, 19% obtiennent un index inférieur à 75 points, synonyme de mauvais résultat en terme d'égalité professionnelle. Par ailleurs, dans la région, 17% des entreprises de plus de 250 salariés ne respectent pas l'obligation légale d'augmenter leurs salariées à un retour de congé maternité si leurs collègues occupant le même type de postes l'ont été.

Une entreprise sur deux, dans la région, ne compte aucune femme dans ses dix plus gros salaires

Enfin, toujours en Centre Val de Loire, seule une entreprise sur deux compte au moins une femme dans le top 10 de ses rémunérations, indique la Direccte.  Mais la Direccte refuse de rendre publique la liste des PME concernées (estimant que cela est "délicat", même si chaque entreprise doit publier son index sur son site web), acceptant en revanche de donner la liste de celles dont l'index est supérieur à 75 points (comme les laboratoires Servier à Gidy ou Saint-Gobain à Sully-sur-Loire).

Après les entreprises de plus de 250 salariés, les PME entre 50 et 250 salariés devront publier cet index de l'égalité professionnelle sur leur site internet à partir du 1er mars 2020. Il s'agit d'une note sur 100 qui compare la situation des hommes et des femmes dans les entreprises en fonction de quatre critères : l’écart de rémunération femmes-hommes, l’écart de répartition des augmentations individuelles, le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité, la parité parmi les 10 plus hautes rémunérations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu