Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Ehpad de la Rosemontoise : la famille d'une soignante morte du coronavirus porte plainte contre X

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

La famille de Patricia Boulak, aide-soignante victime du coronavirus, dépose plainte auprès du Tribunal judiciaire de Belfort. Elle dénonce des fautes graves commises pendant la crise du coronavirus dans la gestion de l'Ehpad de la Rosemontoise, situé à Valdoie, dans le Territoire de Belfort.

Le personnel de l'ehpad a rendu hommage à Patricia Boulak, leur collègue, décédée le 24 avril
Le personnel de l'ehpad a rendu hommage à Patricia Boulak, leur collègue, décédée le 24 avril © Maxppp - Michael Desprez

Ce mardi 16 juin, la famille d'une soignante de l'Ehpad de la Rosemontoise à Valdoie porte plainte contre X suite à la mort de Patricia Boulak. L'aide soignante de 53 ans est décédée de la COVID-19. Elle travaillait dans cet établissement pour personnes âgées dépendantes où 30 résidents sont morts de cette maladie

Les sœurs de l'aide-soignante portent plainte pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d'autrui et non assistance à personne en danger. Elles estiment que "des fautes pénales ont été commises".  

Des soins à des résidents contaminés par le coronavirus sans protection

Les faits décrits dans la plainte par l'avocat de la famille, Fabien Arakelian sont éloquents : "Il résulte du dossier que Mme Boulak a été amenée à plusieurs reprises à _soigner et effectuer ses missions auprès de patients touchés par la COVID-19 sans la moindre mesure de protection_."

"Selon des témoignages, _l'usage des masques était proscrit dans l'établissement_, car utiliser des masques instaurait un climat de psychose", explique l'avocat. 

Une personne à risque face à la maladie

L'aide soignante était considérée comme une personne à risque face au virus. Atteinte de diabète et d'hypertension, la famille estime qu'elle aurait dû être protégée. Au contraire elle aurait été "fortement incitée à retourner travailler" alors que le virus circulait dans l'établissement. 

Je considère qu'on a tout fait pour arriver à cette situation. Ce qui s'est joué au sein de cet Ehpad est de toute évidence un scandale de santé publique - Fabien Arakelian, avocat

L'Ehpad placé sous tutelle

Après le décès de 30 résidents dans l'Ehpad, l'établissement a été placé sous tutelle de l'ARS et du Conseil départemental. Les administrateurs temporaires ont rendu un rapport au début du mois de juin. Il indique des dysfonctionnements importants au sein de la maison de retraite. La tutelle est maintenue jusqu'au 7 août. 

Deux autres plaintes ont été déposées, la première par l'ancienne maire de Valdoie, Corinne Coudereau a été classée sans suite. Une seconde, portée par le fils d'un résident décédé du coronavirus, a quant à elle été transmise au Parquet de Belfort. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess