Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ehpad de Montbrison : le maire de la ville promet que "toutes les propositions seront étudiées"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

"Rien n'est décidé pour l'Ehpad de Montbrison et toutes les solutions seront étudiées", promet le maire de la ville, Christophe Bazile. Il a fait mardi une mise au point sur le dossier du transfert de la gestion de l'établissement, face aux critiques, aux inquiétudes et aux "pseudo propositions".

L'Ehpad de Montbrison se situe juste à côté du centre-ville, près du jardin d'Allard.
L'Ehpad de Montbrison se situe juste à côté du centre-ville, près du jardin d'Allard. © Radio France - Yves Renaud

Montbrison, France

"Il ne faut pas gâcher cette formidable nouvelle par des politiques stériles", c'est ainsi que Christophe Bazile entame sa mise au point, ce mardi, sur le transfert de la gestion des 209 lits de l'Ehpad de Montbrison.  Le maire de Montbrison assure que rien n'est décidé concernant l'établissement jugé vêtuste. Il fait partie du Conseil de surveillance du Centre hospitalier du Forez, dont dépend aujourd'hui l'Ehpad.

Appel à projets

Certes, la décision été prise fin 2018 de transférer la gestion des lits de l'Ehpad. Mais il rappelle que le processus est toujours en cours. Et promet que toutes les solutions seront étudiées. "Il y a un appel à manifestation d'intérêt, c'est comme un appel à projets", explique Christophe Bazile. "Cela veut dire que pour l'instant, il y a le principe de confier l'Ehpad à un gestionnaire, mais aucune décision n'est prise, ni pour un gestionnaire privé, ni un privé à but non lucratif, ni même un gestionnaire public", ajoute le premier élu, alors que depuis le début de l'année, certains dénoncent la privatisation de l'Ehpad montbrisonnais.

"C'est bien ce qu'ils voulaient faire, privatiser", commente Véronique Seux, la présidente du collectif des usagers du service hospitalier du Forez. Le collectif a été monté en 2004, mais il était en sommeil ces dernières années et s'est remobilisé après l'annonce concernant l'avenir de l'Ehpad de Montbrison. Véronique Seux estime que la mobilisation du collectif, et d'autres, sur ce dossier "ont fait bougé les lignes". La volonté du maire de Montbrison de rappeler que le processus est toujours en cours et qu'il existe plusieurs options en est un bon exemple selon elle. Aux yeux du collectif en tout cas, il n'y a qu'une solution acceptable : rénover le site actuel de l'Ehpad et maintenir sa gestion publique.

"Si on arrive à maintenir l'Ehpad en centre-ville de Montbrison avec un confort optimum, si on arrive à maintenir une gestion publique, tant mieux", lâche le maire de Montbrison. Mais Christophe Bazile ajoute que la solution en centre-ville serait du "tout béton", et que l'option en périphérie (à Curtieux) "est pré-validée par le Conseil départemental", qui n'est autre que l'un des organismes de tutelle de l'Ehpad de Montbrison. Tout comme l'Agence régionale de santé. C'est d'ailleurs à eux que reviendra la décision. 

Tarif limité à 63 euros la journée

Christophe Bazile ajoute que la proposition faite dernièrement par le député Julien Borowczyk, celle d'une délégation de service publique, est "une pseudo proposition, de l'esbrouffe". "Qu'il fasse son travail de parlementaire et qu'il fasse changer la loi qui empêche l'Ehpad de choisir son avenir en autonomie", lance le maire de Montbrison. L'Ehpad ne peut pas contracter d'emprunt pour sa rénovation ou sa reconstruction sur un autre site en raison de l'endettement du Centre hospitalier du Forez, dont il dépend. C'est pour cette raison que son transfert de gestion a été décidé. "Ce transfert doit se faire selon certaines garanties", conclut Christophe Bazile, qui cite notamment un prix à la journée qui ne dépasse pas 63 euros pour les résidents, comme le souhaite le Département de la Loire. Ces garanties doivent figurer dans le cahier des charges de l'appel à manifestation d'intérêt, qui doit être rédigé très prochainement. Le cabinet qui va réaliser ce cahier des charges sera en effet choisi le 6 juin. 

Choix de la station

France Bleu