Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élevage de canards et de poulets dans les Landes : moins de 3% des exploitations contrôlées chaque année

-
Par , France Bleu Gascogne

La vidéo choc de L 214 dans un élevage de canards des Pyrénées Atlantiques pose la question des contrôles de ce type d'exploitation. Dans les Landes, les services vétérinaires inspectent moins de 3% des exploitations de canards et de poulets par an au titre de la santé animale et du bien être animal

Les services vétérinaires des Landes contrôlent en moyenne entre 60 et 80 exploitations de canards et de poulets par an au titre de la santé animale et du bien être animal
Les services vétérinaires des Landes contrôlent en moyenne entre 60 et 80 exploitations de canards et de poulets par an au titre de la santé animale et du bien être animal © Radio France - Emmanuel Claverie

Le couvoir de Lichos mis en cause par l'association L214 est fermé temporairement. La mesure a été prise ce jeudi soir par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Les co-propriétaires landais du site sont mis en demeure d'effectuer un nettoyage et des travaux avant d'envisager de rouvrir

L'association L214 a diffusé une vidéo de leur exploitation basque où l'on voit des canards dans des cages aux côtés de congénères morts et dans un bâtiment vétuste où le sol est rempli d'une épaisse couche d'excréments. 

Les co-propriétaires landais du site vont porter plainte en diffamation contre l'association de défense des animaux et pour intrusion sur une propriété privée.

Aurore Vidal, reconnaît qu'un bâtiment est "un peu moins conforme à cause des intempéries" mais dénonce "un montage vidéo faux, mensonger et malhonnête fait à partir d'images qui ne correspondent absolument pas au site"

L 214 réfute l'accusation de manipulation, maintient ses accusations et s'étonne que le couvoir ne soit pas encore fermé. La procureure de la République de Pau a ouvert une procédure judiciaire suite à la plainte déposée par l'association.

Comment fonctionnent les contrôles des services vétérinaires ?

Cette affaire met en lumière la question des contrôles des exploitations de volailles par les services de l'État. La direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations des Landes confirme à France Bleu Gascogne que l'objectif fixé par le ministère de l'Agriculture est de contrôler 1% des élevages de volailles (canards et poulets) par an sur les questions de santé animale et de bien-être animal.

Dans ce cadre,  un peu moins de 3% des élevages landais de volailles, canards et poulets, sont contrôlés chaque année, ce qui représente 60 à 80 exploitations. Les deux agents des services vétérinaires dédiés à cette tâche viennent contrôler la santé des animaux ou le respect de la réglementation sur le bien-être animal, parfois les deux. Un troisième inspecteur des services vétérinaires s'occupe spécifiquement de la dizaine de couvoirs landais, avec minimum une visite par an dans chacun. 

Des contrôles spécifiques sur la bio-sécurité des élevages, 322 exactement, ont été menés depuis 2018. La préfecture des Landes a intensifié la pression sur ce point après les deux épisodes de grippe aviaire qui ont frappé le Sud-Ouest en 2016 et 2017. Sur ces 322 contrôles dans les exploitations landaises de volaille, 89 ont débouché sur une mise en demeure et seulement six interdictions de remise en place d'animaux par arrêté préfectoral le temps pour les éleveurs de rectifier le tir.  

Les contrôles des services vétérinaires sont aléatoires ou ciblés. Des contrôles ciblés qui font suite à des plaintes ou des signalements. Par exemple, quand un abattoir fait remonter une mortalité anormale ou des animaux arrivant en mauvais état, les services vétérinaires se rendent chez l'éleveur ciblé. La loi impose pour certains contrôles que les inspecteurs avisent l'agriculteur concerné 48 heures avant, mais quand il y a plainte, ils agissent sans prévenir.

Les exploitations landaises de l'agriculteur incriminé par L 214 contrôlées en 2017

L'agriculteur landais mis en cause par L 214 possède trois sociétés. Elles sont toutes domiciliées à Villenave, près de Morcenx-la-Nouvelle. Ce quadragénaire fait de l'accouvage, de la production de canetons d'un jour à Lichos depuis fin 2014. Il a trois salariés sur ce site basque. Mais il élève aussi, en simultané, 20 000 poulets et 10 000 canards gras à Cassen près de Montfort-en-Chalosse. 

Il élevait aussi des canards reproducteurs à Larrivière, près de Grenade sur-Adour et à Momuy, près d'Hagetmau mais il a arrêté cette activité il y a trois ans après les deux épisodes de grippe aviaire de 2016 et 2017. À l'époque, l'agriculteur déclare des cas de volailles malades aux services vétérinaires sur ses exploitations. Les services vétérinaires se rendent sur place, font euthanasier les animaux, mais ne constatent rien d'anormal sur le plan des conditions d'élevage : tout était conforme à la réglementation. 

Depuis 2017, son exploitation de Cassen, la seule encore en activité dans les Landes n'a pas été contrôlée. Un contrôle aurait dû avoir lieu au printemps mais il a été décalé à l'automne, à cause du coronavirus. Les services vétérinaires des Landes assurent qu'il aura finalement lieu dans les prochains jours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess