Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lorient : une unité spécialisée pour prendre en charge les victimes de violences conjugales

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Elisabeth Moreno, la Ministre en charge de l'égalité femme-homme est venue découvrir l'unité médico-judiciaire de l'hôpital de Lorient. Elle permet aux victimes de violences conjugales de bénéficier de soins, d'un accompagnement psychologique et même de porter plainte dans un même lieu.

Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient
Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient © Radio France - Roméo van Mastrigt

"Ce n'est pas une visite de courtoisie, mais une visite de découverte et d'apprentissage", a déclaré la ministre en charge de l'égalité femmes-hommes au Gouvernement. Cette nouvelle venue, qui reprend le portefeuille de Marlène Schiappa, est venue visiter l'unité médico-judiciaire de l'hôpital du Scorff à Lorient. Celle-ci permet aux femmes, aux mineurs ainsi qu'aux autres victimes de violences conjugales d'être soignées, de bénéficier d'un suivi psychologique et même de porter plainte auprès des autorités. "Ça permet de diminuer le nombre de lieux fréquentés par les victimes, ce fameux chemin, ce parcours. Le lien hôpital-justice retrouve tout son sens", explique le docteur Benoît Suply, le médecin légiste qui chapeaute le service. 

Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient
Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient © Radio France - Roméo van Mastrigt

Manque de moyens

Ici, des psychologues, des assistantes sociales, des infirmières, des médecins, des gendarmes et des policiers travaillent main dans la main pour tenter d'accueillir les victimes du mieux possible. Mais le manque de moyens freinent leurs ambitions. "Ce que je souhaitais montrer à la ministre, c'est notre dynamisme. Je voulais aussi lui dire qu'on est prêts à monter en puissance si jamais on nous confiait plus de missions", souligne le docteur Suply. 

Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient
Elisabeth Moreno, ministre déléguée en charge de l'égalité femmes-hommes, en visite à l'hôpital de Lorient © Radio France - Roméo van Mastrigt

Déjà autant de cas qu'en 2019

Elisabeth Moreno s'est montrée à l'écoute, tenant à rencontrer l'intégralité du service, posant des questions, prenant des notes. "Je ressens beaucoup d'émotions à vous écouter", a-t-elle admis à la fin de la visite. Pour cette nouvelle venue à l'exécutif, l'heure est à la prise en charge des dossiers pour agir vite. Dans cette unité, le nombre de signalements au 1er juillet s'élève à 166 cas. C'est quasiment autant que tous les cas de l'année 2019. La ministre souhaite donc optimiser le fonctionnement du service, à défaut de pouvoir en augmenter les budgets, car "il a eu cette intelligence de mettre ensemble des moyens juridiques, sociaux et de protection humaine. C'est ce travail de A à Z qui va encourager les victimes à porter plainte et à trouver l'espoir pour relancer leur vie". 

ECOUTEZ - Elisabeth Moreno visite l'unité médico-légale de l'hôpital de Lorient

Choix de la station

À venir dansDanssecondess