Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Elle a disparu pendant la Grande Guerre, la tombe d'une infirmière bretonne retrouvée

lundi 14 janvier 2019 à 6:06 Par Fanny Beaurel, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Elle est la seule femme a être enterrée parmi plus de 13 000 poilus dans le cimetière de Bitola en Macédoine. La tombe de cette infirmière française, dont la famille habite à Saint-Malo, a été découverte complètement par hasard, en novembre, par l'ancienne ambassadrice de France en Macédoine.

Marguerite et Jean Onraët sont les arrieres-petits-neveux de Marthe de Goutière
Marguerite et Jean Onraët sont les arrieres-petits-neveux de Marthe de Goutière © Radio France - Fanny Beaurel

Saint-Malo, France

Laurence Auer a quadrillé des tas de fois le cimetière militaire français de Bitola. Ancienne ambassadrice de France en Macédoine de 2013 à 2016, elle est aujourd'hui directrice de la culture au ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères. Elle retourne sur place en novembre 2018 à l'occasion de la fin du centenaire de la Première Guerre mondiale pour découvrir le Mémorial sur lequel elle a longuement travaillé.

Marthe de Goutière n'apparaissait sur aucun registre

Elle se rend à nouveau dans ce cimetière et elle voit, tout à fait par hasard, une tombe avec un nom féminin : Marthe de Goutière. "Là c'est l'étonnement. On se dit que c'est forcément soit une erreur, soit un élément totalement nouveau. Jamais nous n'aurions imaginé qu'il s'y trouvait une femme enterrée parmi 13.262 sépultures parce que c'était un cimetière militaire, parce que nous connaissions très bien les registres et parce que nous avions fait un travail de recensement très très précis" explique Laurence Auer, émerveillée par sa découverte.  

Elle contacte alors la consule sur place qui vérifie et qui confirme qu'il n'y a aucune femme dans son registre et qu'il n'y a pas de nom correspondant à la tombe 2976. 

A la recherche de la famille de Marthe

Laurence Auer contacte alors Stéphanie Trouillard, une journaliste de France 24, qui connait très bien ce cimetière de Bitola pour y avoir été à plusieurs reprises. Son arrière grand oncle, originaire de Saint Guyomard dans le Morbihan, est très vraisemblablement enterré dans ce cimetière et elle se passionne pour cette histoire. 

"Tout de suite j'ai voulu en savoir plus et je lui ai proposé de retrouvé la famille de Marthe" raconte la journaliste. Elle retrouve une fiche au nom de Marthe de Goutière sur un site de généalogie militaire. Cette fiche a été remplie vraisemblablement par un membre de la famille de l'infirmière qu'elle arrive finalement à contacter. 

Une photo de Marthe de Goutière conservée par la famille - Aucun(e)
Une photo de Marthe de Goutière conservée par la famille - Famille Onraët

La famille ignorait où était enterrée Marthe

C'est effectivement une arrière-petite-nièce qui a mis en ligne ces informations. Marguerite Onraët habite Saint-Malo et c'est une passionnée de généalogie. "Marthe de Goutière était infirmière militaire. Elle était la sœur de mon arrière-grand-mère. Elle est née en 1864 en Inde où la famille était installée depuis trois générations. Elle est venue s'installer avec sa sœur en Bretagne, à Saint-Servan en 1899. Son nom est d'ailleurs inscrit sur le monument aux morts de Saint-Servan" explique Marguerite. 

Son frère Jean Onraët, qui vit lui aussi à Saint-Malo, avait récupéré des documents familiaux l'an dernier où apparaît notamment le livret militaire de Marthe mais ni le frère, ni la sœur ne savaient où elle était enterrée. 

Une femme exceptionnelle

L'histoire de Marthe de Goutière est assez incroyable. Elle fait ses études d'infirmière de 1904 à 1914 avant de partir au Maroc au début de la  Grande Guerre. Elle est ensuite envoyée à Koritza en Albanie, sur le front d'orient, où elle est infirmière major d'une ambulance. "Marthe a fait preuve d'un courage exceptionnel. _Elle est non seulement infirmière pour la Croix-Rouge, elle est volontaire et surtout elle se trouve dans l'ambulance de la colonne mobile, au plus près du front_. Elle est, à proprement parler, en danger à chaque instant. Elle soigne nuit et jour les blessés, elle les rapatrie à l'hôpital de campagne mais elle décède sur le front" explique l'ancienne ambassadrice Laurence Auer. 

Marthe de Goutière s'éteint le 3 juillet 1918 suite à une broncho-pneumonie et est donc enterrée dans ce cimetière de Bitola en Macédoine. 

La famille a conservé de nombreux documents sur Marthe de Goutière - Radio France
La famille a conservé de nombreux documents sur Marthe de Goutière © Radio France - Fanny Beaurel

Cette découverte de la tombe de Marthe de Goutière est une grande nouvelle pour sa famille qui connaissait en grande partie son histoire. La journaliste Stéphanie Trouillard fait partie de l'association pour le souvenir du front d'orient qui envisage un voyage sur place. "Je me porterai volontaire pour y aller, certainement " assure Jean Onraët, 83 ans, très fière de son arrière-grande-tante.