Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dijon : opération de féministes devant un cinéma contre le dernier film de Polanski

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une douzaine de féministes de l'association "les Orageus-e-s" ont manifesté ce dimanche après-midi devant le cinéma Darcy à Dijon. Les militantes appellent au boycott du film "J'accuse" de Roman Polanski. Le réalisateur d'origine polonaise est accusé de plusieurs viols.

Alignées devant le cinéma Darcy, ces femmes souhaitent le boycott du film "J'accuse".
Alignées devant le cinéma Darcy, ces femmes souhaitent le boycott du film "J'accuse". © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

En plein mouvement contre les violences faites aux femmes, "J'accuse", le dernier film de Roman Polanski, est la cible à Dijon comme un peu partout en France, d'associations féministes, qui veulent dissuader le public d'aller voir l'oeuvre du réalisateur accusé d'une nouvelle affaire de viol remontant à 1975.

Gros succès au box-office, "J'accuse" a enregistré 500.000 entrées dès la première semaine - Radio France
Gros succès au box-office, "J'accuse" a enregistré 500.000 entrées dès la première semaine © Radio France - Jacky Page

À Dijon, c'est devant le cinéma Darcy que l'association les Orageus-e-s avait appelé à un rassemblement ce dimanche 24 novembre. Elles étaient une douzaine, alignées devant l'établissement, tenant des pancartes où l'on pouvait lire "Polanski violeur, cinéma coupable, public complice", "un film sur un innocent en prison réalisé par un coupable en liberté", ou encore "le viol, c'est pas du cinéma".

Contrairement à d'autres actions menées en France, il ne s'agissait pas pour l'association d'empêcher la projection du film, mais de "sensibiliser le public au fait qu'en allant voir ce film, il finance un réalisateur violeur et récidiviste". 

Apparemment les spectateurs n'ont pas été très réceptifs à ces arguments, l'un d'eux expliquant que le film n'impliquait pas que le réalisateur, mais aussi de nombreux participants, acteurs, techniciens et costumiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu