Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violences faites aux femmes : les mesures annoncées par Emmanuel Macron

samedi 25 novembre 2017 à 13:00 - Mis à jour le samedi 25 novembre 2017 à 15:23 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Emmanuel Macron a déclaré l'égalité entre les femmes et les hommes "grande cause du quinquennat" samedi à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Francebleu.fr fait le point sur les annonces du chef de l'Etat pour lutter contre ces violences.

L'égalité entre les femmes et les hommes est la "grande cause du quinquennat" selon Emmanuel Macron
L'égalité entre les femmes et les hommes est la "grande cause du quinquennat" selon Emmanuel Macron © AFP - Ludovic MARIN

123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, soit une tous les trois jours. A l'occasion samedi de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, Emmanuel Macron a fait observer une minute de silence "en hommage à ces femmes battues, violées et tuées" lors de son discours à l'Elysée devant 200 personnes représentant les associations, les institutions et la classe politique.

"Une honte nationale" — Emmanuel Macron

Tout en dénonçant les violences faites aux femmes, le chef de l'Etat a ajouté qu'il ne voulait pas "que nous tombions dans un quotidien de la délation", ni que "chaque rapport homme-femme soit suspect de domination, comme interdit".

L'égalité entre les femmes et les hommes est la "grande cause du quinquennat"

Emmanuel Macron a déclaré l'égalité entre les femmes et les hommes "grande cause du quinquennat". Et de préciser : "C'est notre société entière qui est malade du sexisme". Le président de la République a détaillé ses "trois priorités" pour les cinq prochaines années : "l'éducation et le combat culturel en faveur de l'égalité", un "meilleur accompagnement des victimes" et un "renforcement de l'arsenal répressif".

Création d'un "délit d'outrage sexiste"

Emmanuel Macron a confirmé la création prochaine d'un "délit d'outrage sexiste" punissant le harcèlement de rue, qui sera "verbalisable immédiatement pour un montant dissuasif". Ce délit sera une des priorités de la future police du proximité, a-t-il ajouté, déclarant que "les femmes ne peuvent pas en République avoir peur de sortir" et que "la rue ne peut pas être leur enfer quotidien".

Emmanuel Macron a également annoncé la mise en place "d'un signalement en ligne pour les victimes de violences, harcèlement discriminations" ainsi que la création "dès 2018", dans les centres hospitaliers, "d'unités spécialisées" dans la prise en charge psychotraumatique des femmes victimes de violences, avec 10 unités prévues dans les "mois qui viennent" en France métropolitaine "à titre pilote".

Délai de prescription allongé à 30 ans pour les crimes sexuels sur mineurs

Concernant les crimes sexuels sur mineurs, "le délai de prescription sera allongé de 20 à 30 ans", a annoncé Emmanuel Macron.

D'autre part, le chef de l'Etat a plaidé pour un âge de consentement minimum à un acte sexuel fixé à 15 ans. Le sujet doit être débattu en 2018 dans le cadre d'un projet de loi contre "les violences sexuelles et sexistes". Il y a deux semaines, Marlène Schiappa. la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, avait indiqué que le seuil en-dessous duquel un enfant ne pourrait être considéré comme sexuellement consentant se situerait entre "13 et 15 ans".

Un "module d'enseignement dans toutes les écoles" dès 2018

Emmanuel Macron a annoncé la mise en place, dès 2018, d'un "module d'enseignement" dans toutes les écoles du service public consacré "à la prévention et à la lutte contre le sexisme, le harcèlement et les violences" faites aux femmes.

"Dès 2018, un grand plan de formation initiale et continue sera déployé dans le secteur public, avec une attention particulière portée sur la formation des cadres", a également déclaré le président de la République lors d'un discours à l'Elysée sur la lutte contre la violence faites aux femmes.

Les contenus sur internet et les jeux vidéo régulés par le CSA ?

Emmanuel Macron a également souhaité "étendre les pouvoirs du CSA" en 2018 pour qu'il régule aussi les vidéos sur internet ou encore les jeux vidéos pour lutter contre "les contenus qui peuvent fragiliser ou conduire à la violence contre les femmes". Il a évoqué notamment la pornographie sur internet, accessible aux enfants.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a demandé "une attention particulière" pour les femmes migrantes, qui "cherchent aussi à fuir l'excision".

  - Visactu
© Visactu -