Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Emmanuel Macron dit "oui", mais où en est le projet d'usine de masques de Plaintel ?

Ce mercredi 22 avril, le projet de relance de l'usine de masques de Plaintel dans les Côtes-d'Armor a pris un nouveau tournant en recevant l'appui du gouvernement et du président de la République. L'occasion de se pencher sur l'avancée du projet qui fait tant parler depuis le début de la pandémie.

L'usine de Plaintel fabriquait des masques FFP2 jusqu'en 2018. L'usine de Plaintel fabriquait des masques FFP2 jusqu'en 2018.
L'usine de Plaintel fabriquait des masques FFP2 jusqu'en 2018. © AFP - Fred DUFOUR

"La solution costarmoricaine est reconnue et c'est une très bonne nouvelle." Par ces mots, prononcés lors de son déplacement dans le Finistère ce mercredi 22 avril, Emmanuel Macron a donné son feu vert au projet de relance de l'usine de masques de Plaintel

Publicité
Logo France Bleu

Quelques heures auparavant, un courrier envoyé par la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher avait déjà montré l'intérêt du gouvernement pour ce projet piloté, notamment, par la Région Bretagne. Vendredi dernier, on avait pourtant cru comprendre que l'Etat ne soutiendrait pas cette idée .

C'est une bonne nouvelle, mais pas une surprise.

"Pour nous c'est une bonne nouvelle, mais ça n'est pas une surprise. On travaille depuis plusieurs semaines sur ce projet et nous avions l'oreille du gouvernement," réagit Martin Meyrier, vice-président en charge de l'économie à la Région. "L'Etat se dit prêt à passer commande. Ce que nous voulons c'est que ce projet qui est porté par de nombreux acteurs soit un projet viable et que l'on ne ferme pas l'usine dans quatre ans."

Le syndicat Solidaires, qui depuis le mois de mars appuie ce projet de relance , salue lui aussi la prise de parole d'Emmanuel Macron. Il invite maintenant le préfet des Côtes-d'Armor à réunir ceux qui souhaitent faire revivre l'usine Honeywell fermée en 2018 par le groupe américain du même nom. 

Ces prises de position sont des encouragements à poursuivre la construction du projet. La Région se laisse 15 jours à trois semaines pour trancher. Des investisseurs seraient intéressés. Le savoir-faire est présent sur place. Huit anciens salariés n'auraient  pas encore trouvé d'emploi. L'embauche d'une trentaine de personnes suffirait à faire tourner l'usine. Trouver le matériel ne serait pas un problème. "Ce genre de site de production peut rapidement se mettre en place," confie un des acteurs du projet. 

Quelle viabilité à long terme ?

L’hypothèse d'une société coopérative d'intérêt collectif a été avancée afin de mettre les futurs salariés au cœur du projet. Combien les collectivités sont-elles prêtes à investir ? Sur quels clients l'usine pourra-t-elle compter ? Ces questions n'auraient pas encore été tranchées. 

Une chose semble certaine. Si l'usine doit voir le jour, c'est à Plaintel qu'elle sortira de terre. "Il y a un savoir-faire dans cette ville. C'est une histoire à écrire, celle d'un projet porté par la Bretagne, pour la Bretagne et pour l'ensemble de ses acteurs et de ses citoyens," conclut Martin Meyrier.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu