Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest

Emmaüs Brest croule sous les dons et cherche des bénévoles

-
Par , France Bleu Breizh Izel
Le Relecq-Kerhuon, Finistère, France

Depuis le déconfinement, Emmaüs Brest est confronté à un afflux inédit de dons en tout genre. Pour trier et valoriser ces milliers d'objets, la communauté a besoin de nouveaux bénévoles.

Une montagne d'objets hétéroclites en attente de tri sur le site Emmaüs du Relecq-Kerhuon.
Une montagne d'objets hétéroclites en attente de tri sur le site Emmaüs du Relecq-Kerhuon. © Radio France - Nicolas Olivier

Heureusement que la place ne manque pas chez Emmaüs au Relecq-Kerhuon, près de Brest. Les entrepôts comme la cour débordent de meubles, d'appareils électroménagers, de livres, de vaisselle, de vêtements... Car depuis le déconfinement, les dons arrivent comme jamais confirme Robert Lagrellette, le président de la communauté d'Emmaüs dans le Nord Finistère (4 sites à Brest, Plougastel-Daoulas, Le Relecq-Kerhuon et Morlaix).

"Les gens ont pu trier pendant deux mois leur intérieur, et ils nous donnent aujourd'hui encore plus que ce qu'ils auraient donné en deux mois. On a un afflux matériel immense, et on a du mal à absorber tout ça."

Les stocks de vêtements sont particulièrement importants.
Les stocks de vêtements sont particulièrement importants. © Radio France - Nicolas Olivier

Pour Lydie Bossard, la co-responsable d'Emmaüs à Brest, "les gens ne nous donnent pas pour qu'on jette donc notre but c'est évidemment de tout valoriser. On a envie de donner une seconde vie à tous ces objets et effectivement on a besoin de monde pour nous soutenir dans cette activité."

Après la crise sanitaire, certains bénévoles âgés tardent à revenir alors Emmaüs recherche des bras. Il suffit d'avoir ne serait-ce qu'une demi-journée par semaine à consacrer à l'association, "et bien évidemment d'adhérer à ses valeurs d'accueil inconditionnel" précise Lydie Bossard, qui rappelle que 47 compagnons sont hébergés sur le site du Relecq-Kerhuon. De nouveaux logements sont d'ailleurs en construction.

Un trou de 200.000 euros

Contraint de fermer pour la première fois depuis sa création en 1956, Emmaüs a dû se passer de son unique source de revenus, le produit de ses ventes. A Brest, Plougastel-Daoulas et Morlaix, c'est un manque à gagner de 200.000 euros. La prochaine grande braderie du samedi 20 juin au Relecq-Kerhuon devrait permettre de faire rentrer un peu d'argent dans les caisses, tout en faisant enfin de la place dans les entrepôts.

Jusqu'au 10 juillet, Emmaüs Brest ouvre ses espaces de vente de Brest, Plougastel-Daoulas et Morlaix les mercredis et vendredis de 13h30 à 17h30, et les samedis de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h30. 

Mustapha, l'un des compagnons qui vit et travaille chez Emmaüs.
Mustapha, l'un des compagnons qui vit et travaille chez Emmaüs. © Radio France - Nicolas Olivier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess