Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Emmaüs Forbach dénonce des contrôles ciblés de la PAF sur ses compagnons sans-papiers

lundi 25 septembre 2017 à 4:22 - Mis à jour le lundi 25 septembre 2017 à 8:24 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

La Police de l'air et aux frontières dément tout ciblage de camions Emmaüs, mais l'association maintient que ses véhicules de ramassage sont régulièrement contrôlés depuis quelques semaines. La moitié des compagnons d'Emmaüs Forbach sont sans-papiers.

Local Emmaüs en Lorraine
Local Emmaüs en Lorraine © Maxppp - Alexandre Marcchi

La communauté Emmaüs de Forbach est en colère contre la police de l'air et aux frontières. Depuis quelques semaines, l'association humanitaire constate un problème : ses camions de ramassage des objets donnés par les particuliers sont ciblés par la PAF, parce que la moitié des compagnons d'Emmaüs Forbach sont sans-papiers.

Sans vouloir en dire plus, la PAF dément tout ciblage spécifique des camions Emmaüs mais l'association maintient que depuis trois semaines, ses véhicules de ramassage sont régulièrement contrôlés. Les compagnons sans-papiers sont arrêtés puis contraints de quitter le territoire. Une situation qui révolte le président d'Emmaüs Forbach, Gaston Weber: "Humainement, c'est terrible de voir ces choses là. Les compagnons qui travaillent chez nous ont peur, certains tremblent, j'en ai vu pleurer."

"Nos collègues se sont fait arrêter, donc on n'a plus envie de conduire un camion, c'est trop de risque, ça nous stresse"- un compagnon sans papier

Il ne veut pas donner son nom parce qu'il n'a pas de papiers mais cet algérien de 29 ans, débouté de sa demande d'asile, témoigne: "Nos collègues se sont fait arrêter, donc on n'a plus envie de conduire un camion, c'est trop de risque, ça nous stresse". Cette situation pose aussi un problème économique à la communauté. "Si les gens ne peuvent plus conduire nos camions, comment fait-on les ramassages?" s'interroge Gaston Weber. Emmaüs revendique le droit d'accueillir des compagnons étrangers sans-papiers, un accueil inconditionnel qui est une valeur de l'association mais qui se heurte à la politique d'immigration.

Reportage chez Emmaüs Forbach de Cécile Soulé