Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Émoi et polémique après la mort d'un cerf à Saint-Marcellin

-
Par , France Bleu Isère

La mort du cerf du parc de Joud n'a pas fini de faire parler à Saint-Marcellin (Isère). Depuis la découverte du corps de l'animal le 15 mars, les tensions montent entre un groupe de protection des animaux et la mairie. Au cœur du débat : l'avenir des animaux restants au parc de Joud.

Un collectif s'est monté pour demander des explications à la mairie concernant la mort du cerf et l'avenir des autres animaux
Un collectif s'est monté pour demander des explications à la mairie concernant la mort du cerf et l'avenir des autres animaux © Radio France - Nicolas Joly

L'affaire est sur toutes les lèvres à Saint-Marcellin (Isère). "Ça m'a mise dans une colère noire ! Quand on prend un animal on s'en occupe", tempête Nanou, résidente de longue date de la commune. Deux semaines après la découverte du cadavre du cerf qui vivait jusque là en captivité au parc de Joud, sur les hauteurs, elle ne décolère pas. La bête serait morte d'une crise cardiaque après s'être coincé les bois dans une barrière. Lors de la découverte de son corps, elle était en état de dénutrition. Pour les promeneurs, qui avaient l'habitude de monter voir les animaux, c'est la fin d'une époque. "C'est bien triste. Il n'y aura plus d'intérêt à aller au parc avec les petits-enfants", regrette Françoise.

Un projet d'aménagement

Ce qui a posé problème, c'est le déplacement des animaux dans un enclos plus petit. Le projet de la mairie est de rénover le parc et de transporter les biches et cerfs au parc de Chambaran. De nouvelles barrières ont donc été installées par l'association "l'abeille saint-marcellinoise" qui gère désormais le site. C'est dans l'une d'elles que le cerf se serait retrouvé coincé. "Nous avons sûrement sous-estimé la gestion de ces animaux, sur-estimé notre capacité à les déplacer", affirme le directeur des services de la mairie Thierry Angelier. Un rassemblement pour demander des comptes à la mairie a réuni une centaine de personnes le 24 mars. Pour calmer les tensions, Thierry Angelier a publié une vidéo, trois jours plus tard, pour tenter d'apaiser les tensions.

Depuis le changement de gestionnaire, le parc de Joud a subi de nombreux aménagements qui ne sont pas du goût de tous les promeneurs
Depuis le changement de gestionnaire, le parc de Joud a subi de nombreux aménagements qui ne sont pas du goût de tous les promeneurs © Radio France - Nicolas Joly

Création d'un groupe de pression

Certains habitués du parc ont donc décidé de fonder un collectif pour demander des explications à la mairie. "De nombreux amis du parc animalier se mobilisent pour demander à la mairie l'annulation de l'enlèvement et déplacement programmé des biches et jeunes cerfs y vivant actuellement et un moratoire immédiat sur les travaux en cours", détaillent-ils dans l'en-tête de leur pétition qui circule désormais. Les membres du collectif, comme Laurent, n'ont d'ailleurs pas apprécié la vidéo de la mairie : "C'est une production hollywoodienne, il prend la pose avec des mots bien choisis. C'est une communication bien huilée mais qui n'apporte _pas de réponses sur le fond_."

Le parc de Joud est un lieu emblématique pour les promeneurs de Saint-Marcellin
Le parc de Joud est un lieu emblématique pour les promeneurs de Saint-Marcellin © Radio France - Nicolas Joly

Au-delà des animaux, certains membres de l'association pointent des défauts dans la gestion du parc et son aménagement. La ville se dit prête à échanger avec le collectif, qui réclame de son côté le maintien sur le site de tous les animaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess