Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EN 2013, au moins 454 SDF "morts dans la rue"

mardi 26 août 2014 à 11:59 Par Julie Guesdon, France Bleu

Au moins 454 personnes sans domicile fixe sont décédées en 2013, dont quinze enfants de moins de quinze ans. C'est le résultat du rapport annuel publié par le collectif Morts dans la rue

Un SDF dans la rue
Un SDF dans la rue © Fotolia.com

En 2013, 454 sans-abris sont morts dans la rue. C'est le résultat d'un rapport sur la mortalité des SDF, publié ce mardi par le collectif Morts dans la rue. Non exhaustif, le rapport relève que la majorité des décès concerne des hommes jeunes (en moyenne 53,4 ans en Île-de-France et 48,4 ans en province, contre 77 ans en moyenne pour la population française), qui sont dans la rue depuis dix ans.

> Lire l'intégralité de l'étude

15 enfants âgés en moyenne de 4 ans morts dans la rue

La mort survient violemment, soit par une agression, un accident ou un suicide, mais elle est aussi due à un cancer ou à une maladie cardiovasculaire. 

Le collectif relève aussi une hausse du nombre d'enfants qui meurent dans la rue. En 2013, ils sont au nombre de quinze, sont nés principalement en France, vivent en "situation de rue" (cabane ou caravane sur des terrains non autorisés) avec une moyenne d'âge de 4 ans. Les causes du décès sont principalement accidentelles : 9 accidents, dont 4 noyades et deux incendies, six des suites d'un manque de suivi médical (pneumopathie, cardiopathies congénitales).

Le collectif espère, grâce à la publication de ce rapport, récupérer davantage de données pour restituer plus fidèlement la situation.