Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Retour sur 2019 en Savoie et Haute-Savoie

En 2019, deux frères sauvent le métier de grainetier à Arbin, en Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Condamnée, l'entreprise Graine Grelin, située à Arbin, est sauvée. Et cela grâce à Simon et Thibaud Grelin, qui l'ont repris en début d'année, et aux 25.000 euros de dons récoltés. Ils ont ainsi préservé en Savoie un métier historique, celui de grainetier.

Avec son frère, Simon Grelin a sauvé l'entreprise familiale
Avec son frère, Simon Grelin a sauvé l'entreprise familiale © Radio France - Luc Chemla

Arbin, France

Ils l'ont fait ! Et pourtant au départ, ce n'était pas gagné. Alors que l'entreprise familiale fondée en 1928, par leur grand-père et reprise ensuite par leur père, allait disparaître après un dépôt de bilan, Simon et Thibaud Grelin ont décidé de se mobiliser pour la sauver. Ils ont alors lancé, en novembre 2018, un appel aux dons pour pouvoir reprendre eux-même l'entreprise. Ils ne se doutaient alors pas que cet appel à l'aide allait autant toucher les gens. Résultat, 25.000 euros récoltés en à peine deux mois.

"Pour nous, c'était la dernière chance"  

Le 15 janvier 2019, l'entreprise Graine Grelin renaît de ses cendres. "On ne s'y attendait vraiment pas", reconnaît Simon Grelin. "Pour nous, c'était la dernière chance, on ne savait pas du tout où on allait. Sans eux, on n'y serait jamais arrivé." Eux, ce sont les 330 personnes ont fait un don, principalement des clients de leur père. C'est donc un vraie victoire pour Simon Grelin car "cette situation était inaceptable car nous on aime notre métier.On n’est pas des businessmen, on veut juste vivre de notre passion, et ça nous tenait à coeur de reprendre un métier qui se perd." En effet, Simon et Thibault ont sauvé l'entreprise familiale mais surtout un très vieux métier, celui de grainetier. 

Grainetier, un métier historique

Peu connu de nos jours mais pourtant historique, un grainetier est celui qui achète des graines en vrac, ceux de la famille Grelin proviennent de partout en Europe, les trie, les ensache puis les revend sur les marchés. Il en reste moins d’une dizaine en France selon Simon, et ils sont les seuls en Savoie. Chez les Grelin, on trie près de 800 variétés différentes de graines chaque années, et parmi elles, des produits peu connus en France comme le radis Viola, la laitue Catalogne ou encore le haricot Cor des Alpes… Ils utilisent également de vieilles machines comme une colleuse et une imprimeuse Heidelberg, des années 1950. 

"Ça a été un mal pour un bien finalement"

Même activité, même savoir faire qu'avant mais beaucoup de changement dans les affaires depuis un an. Selon Simon Grelin, "C'est un peu difficile à dire pour mon père mais ce dépôt de bilan a été un mal pour un bien. On a redémarré sur de nouvelles bases et mieux qu'avant. On a eu de nouveaux clients qui ne savaient pas qu'il y avait un grainetier. Ce coup de pub nous a fait connaitre et s'est surement ce qui manquait à l'entreprise de mon père."

Les Grelin vendent leur graine sur internet, sur les marchés et aussi durant certaines foires. Après un an de reprise, ils ont fait les comptes. "On a peut être doublé la clientèle que mon père avait."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu