Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En 2019, il faudra un permis pour monter au sommet du Mont-Blanc

lundi 3 septembre 2018 à 23:58 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Une révolution se prépare sur les pentes du Mont-Blanc. Dès l'été prochain, les règles d’ascension via la voie royale vont être durcies. Un quota quotidien d’ascensionnistes (214 maximum) et l’obligation de réservation dans un refuge vont être mis en place.

Une révolution se prépare sur les pentes du Mont-Blanc. Dès l'été prochain, les règles d’ascension via la voie royale vont être durcies.
Une révolution se prépare sur les pentes du Mont-Blanc. Dès l'été prochain, les règles d’ascension via la voie royale vont être durcies. © Maxppp -

Haute-Savoie, France

Sans surprise, c’est le maire de Saint-Gervais qui a été le premier à vendre la mèche. "Je suis fier d’annoncer qu’en 2019 le Mont-Blanc ne sera plus bafoué." Il était un peu plus de 21h30 hier soir. Comme souvent, Jean-Marc Peillex s’exprimait sur sa page Facebook. "Enfin !!!! Une décision consensuelle a été prise lors d’une réunion organisée par le préfet de la Haute-Savoie, détaillait l’édile. Réservation obligatoire en refuge et un quota d’ascensionnistes quotidien sera fixé." 

214 alpinistes maximum 

Joint au téléphone, le chantre de la lutte contre la surfréquentation de la voie royale du Mont-Blanc a expliqué que ces mesures avaient été prises après une réunion de plus de trois heures. Elle s’est tenue hier soir en préfecture d’Annecy et a réuni, autour du préfet Pierre Lambert, tous les acteurs de la montagne (PGHM, élus, Fédération française des clubs alpins et de montagne, guides…). "Le quota quotidien d’ascensionnistes sera fixé par rapport au nombre de places qu’il y a dans les trois refuges de cet itinéraire", a détaillé Jean-Marc Peillex. Cela signifie 214 alpinistes maximum chaque jour. "Il faudra aussi justifier de la réservation de sa nuitée dans l’un de ses refuges, poursuit-il. On distribuera aux alpinistes un document. C’est une forme de permis." 

C’est une forme de permis (…) C’est un jour historique pour cette montagne." — Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais 

ECOUTEZ Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais .

Des contraventions 

Selon le maire de Saint-Gervais, ces mesures doivent permettre de mettre un point final aux problèmes récurrents de surfréquentation de la voie royale. "Une brigade verte, ou blanche puisqu’on est sur le Mont-Blanc, composée d’agents assermentés sera créée. Ils seront habilités à mettre des contraventions." Le préfet de la Haute-Savoie a confirmé ces informations. Pierre Lambert a cependant indiqué à nos confrères du Dauphiné Libéré que ses mesures "doivent encore faire l'objet d'une sérieuse analyse technique et juridique."