Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Ardèche, des familles accueillent bénévolement des jeunes migrants

mercredi 2 mai 2018 à 2:50 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche

Et si vous décidiez d'accueillir un jeune migrant chez vous ? Cette démarche originale est menée par le Conseil départemental de l'Ardèche. A la fin du mois, dix migrants, des mineurs, seront accueillis dans des familles ardéchoises.

Accueil de mineurs non accompagnés (image d'illustration).
Accueil de mineurs non accompagnés (image d'illustration). © Radio France - Guillaume Bonnefont

Ardèche, France

Il y a plus d'un an, Mamady est parti, seul, de Guinée, "par désespoir" comme il dit. Direction le Mali, puis la Côte d'Ivoire, la Mauritanie et le Maroc, où il doit vivre dans un camp plusieurs mois. 

Ce jeune migrant de 14 ans traverse la mer Méditerranée en plein hiver dans un petit bateau gonflable. Une fois en Espagne, il décide d'aller en France. Il passe par Biarritz, Bordeaux, Valence puis arrive Privas, où il sera pris en charge dans un foyer.

"Une vie de famille"

Depuis un mois maintenant, Mamady vit à Boulieu-lès-Annonay : "C’est comme une famille. Je vais pouvoir aller à l’école. Je peux m’intégrer, rencontrer des gens. C’est beaucoup mieux que le foyer."

Dans sa nouvelle maison, Mamady côtoie Céline, son mari et leurs trois enfants. Le déclic pour Céline, c’est une image. L’image du petit Aylan : "Cela nous avait beaucoup bouleversé."

"C’est une forme de richesse d’accueillir une personne qui n’a pas eu la même chance au départ. L’ouverture est toujours un plus, aller vers l’autre, _cela peut nous apporter des bonnes choses_." Céline.

Arrivé il y a un mois, Mamady a pris ses marques. Dans les prochains jours, il va intégrer le collège. Ce fan du footballeur Neymar et de NBA vient de s'inscrire dans un club de basket. Pour la famille, c'est aussi un changement dans les habitudes : "Il faut s’adapter à la nourriture, s’adapter aux cadres. Je pense que quand on est une famille parrainante, il ne faut pas trop se poser de questions. Il faut faire comme on le sent et comme on fait avec ses propres enfants. Bien sûr, on est plus indulgent."

Recherche de familles parrainantes

D'ici la fin du mois, dix migrants seront logés dans des familles ardéchoises. Des familles bénévoles comme à Guilherand-Granges, Saint-Marcel-d'Ardèche et Saint-Vincent-de-Barrès.

Mais si le Conseil départemental fait appel aux Ardéchois, ce n'est pas pour se décharger de sa mission affirme Laurent Ughetto, son président. 

"C’est une réponse à une affluence de jeunes mineurs qui arrivent et qui continuent d’arriver. Cette idée de familles parrainantes, c’est l’occasion de montrer que ce sujet n’est pas un sujet que l’on doit laisser traiter par les collectivités ou les institutions. C’est un sujet très citoyen." Laurent Ughetto.

Le Conseil départemental s'est fixé un objectif : arriver à une vingtaine de familles parrainantes d'ici la fin de l'année. Il est donc toujours possible de se manifester pour accueillir un jeune migrant.