Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En avril, les chiffres de l'INSEE témoignent d'une surmortalité à nouveau élevée en Occitanie

Entre le 1er et le 30 avril 2021, toutes causes confondues, 5 343 décès sont comptabilisés dans la région Occitanie, soit 508 décès de plus que la moyenne du mois d'avril ces deux dernières années.

Les chiffres de la mortalité en Occitanie
Les chiffres de la mortalité en Occitanie - INSEE

Selon les derniers chiffres de l'INSEE, toutes les régions de France enregistrent en avril un nombre de décès supérieur à celui de 2018-2019. L'Occitanie connaît une surmortalité de 10%, mais moindre que l'Île-de-France (+28%) ou les Hauts-de-France (+24%) qui font partie des zones les plus touchées en ce début de printemps. Les surmortalités les plus faibles se situent sur le littoral Atlantique (Bretagne, Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine). 

Evolution de la mortalité en Occitanie
Evolution de la mortalité en Occitanie - INSEE

5.343 décès entre le 1er et 30 avril

Entre le 1ᵉʳ et le 30 avril 2021, toutes causes confondues, 5.343 décès sont comptabilisés en Occitanie, soit 508 décès de plus que la moyenne des mois d’avril 2018-2019. En revanche, La dernière semaine du mois d'avril connaît une diminution rapide de la mortalité, une baisse corrélée avec celle des principaux indicateurs épidémiques diffusés par l’ARS Occitanie. Elle résulte des nouvelles mesures de confinement mises en place le 3 avril conjuguées à l’avancée de la vaccination, selon l'INSEE. 

À l’échelle départementale, l’Hérault (+ 26 %) et la Lozère (+ 21 %) connaissent les surmortalités les plus élevées. Globalement, à l’exception des Pyrénées-Orientales, la surmortalité en avril s’aggrave plus fortement dans les départements à l’est d’une diagonale reliant l’Aveyron à l’Ariège (Ariège, Aveyron, Gard, Tarn, Aude).  À l’ouest de cette diagonale, la surmortalité est moindre en Haute-Garonne et dans le Lot, tandis que le Tarn-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées et le Gers enregistrent à l'inverse une sous-mortalité en avril.

La surmortalité est élevée à domicile, en maison de retraite et en milieu hospitalier. La surmortalité est élevée à domicile, en maison de retraite et en milieu hospitalier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess