Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Berry, les animaux aussi souffrent de la chaleur !

mercredi 1 août 2018 à 17:11 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Alors que le mercure reste coincé tout en haut du thermomètre, les animaux d'élevage commencent à accuser le coup

Bêêê oui, j'ai chaud ! Et alors ?
Bêêê oui, j'ai chaud ! Et alors ? © Radio France - Gaëlle Fontenit

Indre, France

Ce n'est pas un scoop : l'été, il fait chaud. Et depuis quelques semaines, l'air est même particulièrement étouffant. Si les organismes des êtres humains souffrent, ceux des animaux aussi sont mis à rude épreuve

"Je suis éleveur de volailles : j'ai installé des brumisateurs dans mes poulaillers. Le nuage de brume permet de réguler la température et les bêtes se sentent mieux... c'est pour leur confort. Mais c'est vrai qu'avec les fortes chaleurs, on peut avoir une baisse de production d’œufs" explique Hervé Coupeau, éleveur à Niherne dans l'Indre. 

La vague de chaleur oblige les éleveurs à organiser différemment leur travail : ils démarrent plus tôt et sont très vigilants quant au confort de leurs animaux

"Je fais des brebis reproductrices à Chateaumeillant, raconte Patrice. On est obligé d'aller beaucoup plus souvent leur donner de l'eau et quand il y fait trop chaud, on les met à l'ombre voire on les rentre. Comme les prairies sont grillées, certains ont même déjà été obligés de leur donner du _fourrage en complément_, ce sont des frais supplémentaires!"

Un autre éleveur, à Douadic celui-ci, s'inquiète du risque de contamination par des parasites : "Plus l'herbe est courte et plus il y a un risque de parasitisme. Nous sommes obligés de surveiller que les bêtes ne broutent pas trop à ras".

Les moutons souffrent d'autant plus que la plupart d'entre eux arborent une toison bien fournie : les bêtes qui ont été tondues au printemps ont refait leur laine et les éleveurs évitent de les tondre maintenant. "Cela engendre d'abord davantage de travail, des frais, et comme le cours de la laine est bas, ce n'est pas intéressant. En plus, il y a un risque pour que les bêtes tondues aujourd'hui ne soient pas assez relainées pour les premiers froids."

Bref, il est grand temps que nous retrouvions des températures davantage en rapport avec les normales de saison !