Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Corrèze on mange le cailladou pour commémorer le 1er mai

-
Par , France Bleu Limousin

Le 1er mai en Corrèze le cailladou est sur nombre de tables. Une tradition encore très ancrée dans le département : il s'agit d'une caillade de vache ou de chèvre que l'on mange accompagnée d'oignons nouveaux ou d'aillets et de radis.

Le cailladou était autrefois un plat de pauvre. Souvent la caillade, les oignons et les radis étaient tout ce que les familles paysannes avaient à manger en ce début de printemps.
Le cailladou était autrefois un plat de pauvre. Souvent la caillade, les oignons et les radis étaient tout ce que les familles paysannes avaient à manger en ce début de printemps. © Radio France - Philippe Graziani

Corrèze

Dans le frigo du Bistrot Jaubert à Sainte-Féréole, près de Brive, les caillades occupent tout un étage ce mercredi matin. Non loin les radis et les oignons nouveaux qui ce midi les rejoindront dans les assiettes, agrémentées de charcuteries et d'un petit verre de vin blanc. Dans le restaurant c'est ainsi chaque 1er mai depuis de nombreuses années. "C'est la tradition, dit Corinne, une habituée. Moi j'ai toujours vu ça en Corrèze". Il faut dire que les caillades fraîches sont une institution dans le département précise la chroniqueuse gastronomique Régine Rossi-Lagorce. "D'ailleurs il n'y a que nous qui disons çà encore. Les autres ne connaissent pas, ils nous parlent de fromage blanc. Mais ça n'a rien à voir".

Le casse-croûte du 1er mai

Qu'est-ce qui a fait que cette caillade jointe aux radis et à l'aillet devienne emblématique de la fête du travail dans le département ? Cela remonte en fait au Front Populaire qui fait justement du 1er mai un jour férié. "Les gens ont gagné un jour de repos. Ils se sont dit qu'il fallait le fêter" raconte Gérard Jaubert. Et en ce début de printemps les familles, pauvres dans les campagnes à l'époque n'avaient que ça." "Les gens partaient avec pour faire un pique-nique" ajoute Régine Rossi-Lagorce. Et depuis la tradition a perduré. Et reste vivace. Autrefois réservé aux tables familiales, le cailladou est désormais proposé par de nombreux restaurants tous les 1er mai.