Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Corse, la vaccination contre la COVID-19 débutera le 4 janvier

-
Par , France Bleu RCFM

Les premiers vaccinés de l’île seront des résidents d’EHPAD qui recevront le vaccin développé par Pfizer-BioNTech.

Vaccin / Photo d'illustration
Vaccin / Photo d'illustration © Maxppp - Jean-François Frey

Si sur le continent, la campagne de vaccination doit débuter ce dimanche, en Corse les premières doses seront injectées un peu plus tard. Le 4 janvier, c’est la date communiquée ce mercredi par l’ARS de Corse. 

Conformément aux annonces du gouvernement, les premières personnes à bénéficier du vaccin seront les résidents des maisons de retraite. Plusieurs EHPAD publics et privés de l'île sont concernés, comme « U Serenu » situé à Corte. Sur les cent six résidents que compte l’établissement, cinquante-huit ont pour l’instant donné leur accord, soit directement, soit par la voix de leurs familles, lorsqu’ils n’étaient pas en mesure de le faire. En revanche, les personnels de l’EHPAD « U Serenu » ne bénéficieront pas de cette première campagne de vaccination.

La vaccination n’étant contre la COVID-19 n’étant pas obligatoire, les autres résidents ou leurs familles n’ont pas donné leur accord pour le moment.

Surveillance médicale renforcée

Cette campagne de vaccination contre la COVID-19 fera l’objet d’un suivi médical plus renforcé qu’une campagne de vaccination classique, comme le précise le Dr Christian Campana, médecin gériatre et directeur de l’établissement « Nous avons consulté les dossiers médicaux et les médecins traitants des patients qui seront vaccinés. Cela nous permet de savoir s’il y a des précautions à prendre, voire des contre-indications à la vaccination. _Avant chaque vaccination, il y aura une consultation préalable où nous redemanderons le consentement du résident, lorsque celui-ci est en mesure d’y répondre. Ensuite, il y aura un contrôle renforcé dans les jours qui suivent, afin de surveiller d’éventuels petits effets secondaires, comme des courbatures ou de la fièvre_. Si c’est le cas, nous aurons obligation de faire remonter l’information sur une plateforme nationale dédiée. »

La vaccination des cinquante-huit résidents ayant déjà donné leur accord ne devrait pas avoir lieu d’un coup, mais au rythme de cinq à dix vaccinations par jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess