Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

En Côte-d'Or, le relâchement fait craindre une reprise de l'épidémie de Covid-19

-
Par , France Bleu Bourgogne

Faut-il craindre une deuxième vague du coronavirus ? Après plusieurs semaines de baisse, le nombre de cas repart à la hausse en France. En Côte d'Or, on est encore loin d'une deuxième vague, alors parfois on oublie les gestes barrières.

Pas de masques entre copines. L'envie de liberté l'emporte sur l'appréhension
Pas de masques entre copines. L'envie de liberté l'emporte sur l'appréhension © Radio France - Olivier Estran

"Le masque ? non on ne l'a pas mis , on est en entre amies. Ce n'est pas trop judicieux, on devrait sans doute faire plus attention.." Anaïs, Marie-Lou, Léna , Joséphine et Fanny se retrouvent entre copines dans un parc de Dijon. Toutes les cinq assises côte à côte sur le même banc.

Les jeunes filles se connaissent bien , elles viennent de passer leur bac dans le même lycée, alors le sentiment de danger n'est pas vraiment présent. "Moi je ne me sens personnellement pas vraiment concernée, aucun de mes proches n'a contracté le coronavirus. Bon je fais attention je  mets un masque habituellement, mais il ne faut pas non plus s’empêcher de vivre, explique Anaïs, en plus je me suis fait tester et tout va bien."

_"On entend dire à la radio que la reprise de l'épidémie serait due au comportement des jeunes, mais moi quand je vais en magasin , je remarque que ce sont souvent des retraités qui ne portent pas de masques. J'ai d'ailleurs expliqué à mes grands-parents comment l'utiliser. Eux pensaient qu'on pouvait l'employer recto-verso."sourit-elle. "En ce qui me concerne, j'ai renoncé a partir en  vacances, et je sors peu de chez moi ,_ complète une de ses amies, mais on a besoin aussi de se retrouver."

Pas de masques pour ces copines qui se connaissent bien

Tristan Daney tient le bar-resto "les 3bures"
Tristan Daney tient le bar-resto "les 3bures" © Radio France - Olivier Estran

"C'est vrai on constate un relâchement" observe Tristan Daney qui dirige le bar-restaurant "Les 3 bures" face aux  Halles de Dijon, "Les gens ne   portent pas de masques, se font la bise. En fin de semaine, on doit souvent rappeler les règles de sécurité car on voit des groupes de jeunes se retrouver à plus de 10 à la même table. On ne peut pas l'accepter. Ce n'est pas sécurisant, et la police est vigilante, on risque une forte amende si on tolère de pareils comportements. Quant au masque, on a pas le choix, nous aussi par 30° on aimerait l'enlever, mais ce n'est pas à l'ordre du jour."

"Il y a un vrai relâchement", le témoignage de Tristan

En Côte -d'Or,  le virus circule toujours

Dans toute la Bourgogne Franche-Comté on ne compte plus que 36 personnes hospitalisées pour le coronavirus, dont six en Côte-d'Or. Deux restent en réanimation, mais il n y a pas de nouveau décès. Ces chiffres sont stables, mais le virus circule toujours: La preuve, sur 2509 dépistages menés en Côte-d'Or ce mois de juillet , on recense 16 cas positifs et le bilan de ce mois n'est pas encore totalement complet.

Tous les lieux touristiques maintiennent une jauge maximum: pas plus de 155 personnes  par exemple en même temps à L'Hôtel Dieu des hospices de Beaune. Il faut impérativement réserver son billet sur internet, et porter un masque durant la visite. Même contraintes au Muséoparc Alésia. 300 personnes au maximum sur le site et désinfection systématique des audioguides et du matériel. Selon un sondage mené par ce site, les trois quarts des visiteurs se disent rassurés par ces mesures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess