Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : de nombreuses violences et dégradations à Reims

Jusque-là épargnée, la Ville de Reims a connu un rassemblement tendu ce samedi avec la présence de casseurs dans le cortège non déclaré qui se voulait un rassemblement national. Des magasins cassés, des scènes de violence urbaine et un kiosque incendié sont à déplorer.

Les forces de l'ordre contiennent les manifestants qui ont mis le feu à l'un des kiosques en construction des Promenades.
Les forces de l'ordre contiennent les manifestants qui ont mis le feu à l'un des kiosques en construction des Promenades. © Radio France - Sylvie BASSAL

Reims, France

Des vitres bisées, des commerces dégradées, des scènes d'affrontement dans le centre ville... L'appel national des gilets jaunes à manifester à Reims, ce samedi a été très tendu. 1 000 personnes, parmi lesquels une centaine de casseurs, ont envahi la cité des sacres.

Environ 1 000 personnes ont défilé, d'abord, dans le calme depuis le marché du Boulingrin à partir de 13 heures. La manifestation s'est ensuite tendue à partir de 15 heures, au niveau de la rue Voltaire. Les manifestants ont d'abord lancé des projectiles, notamment des bouteilles de verre sur les forces de l'ordre, qui ont répondu par des tirs de grenades lacrymogènes. 

Les affrontements se sont ensuite déplacés, les manifestants étant repoussés par les forces de l'ordre. Les casseurs ont ensuite brisé de nombreuses vitrines, sur les rues piétonnes, notamment un magasin Adidas dans la rue Talleyrand. Partout, dans le centre-ville, les banques, les assurances ont souffert de vitres brisées. 

Toujours repoussé par les forces de l'ordre, cortège s'est ensuite placé sur la place d'Erlon, puis vers le marché du Boulingrin, avant d'arriver sur l'avenue de Laon. Toujours repoussés par les forces de l'ordre, ils sont allés vers la gare, et ont dégradé les locaux de France Bleu Champagne-Ardenne. 

La manifestation s'est ensuite dispersée vers 19h, même si quelques "poches" de gilets jaunes s'étaient retrouvés vers le cours Aristide-Briand.

12 interpellations, aucun blessé sérieux d'après la Préfecture 

Sur France Bleu Champagne-Ardenne, le préfet de la Marne, Denis Conus parle de 12 interpellations. La Préfecture précise qu'il s'agit de trois interpellations pour possession d’engins pyrotechniques, sept pour destruction à coups de marteaux, et pour violences contre une personne dépositaire de l’autorité (caillassage de pompiers et de policiers).

Toujours sur notre antenne, le Préfet affirme que quelques tirs de balles de défense (LBD) ont été effectués, mais sans blesser les manifestants. La Préfecture précise que quelques gilets jaunes ont légèrement blessés, notamment une femme de 50 ans, touchée à la tête, "en courant pour échapper à un mouvement de foule". Les images diffusées par BFM TV, ont largement été commentées et partagées sur les réseaux sociaux. 

La Préfecture précise également que deux policiers ont été blessés au tibia après avoir reçu des projectiles. 

Sur le plan matériel, Xavier Albertini l'adjoint à la sécurité de la Ville de Reims, a expliqué, samedi soir, ne pas pouvoir estimer le nombre de commerces touchés par les vitrines brisées. "Il est clair qu'aujourd'hui qu'on est à plus de 20, 25, 30, 40.. Le recensement sera fait". Les agents de la mairie travaillaient encore samedi soir, pour évacuer le verre brisé des rues. 

Choix de la station

France Bleu