Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

En Dordogne, Christophe Castaner annonce une réflexion sur le changement de doctrine du maintien de l'ordre

vendredi 15 mars 2019 à 19:31 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord et France Bleu

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, annonce une réflexion sur le changement de doctrine du maintien de l'ordre, en lien avec les crise des gilets jaunes, lors d'une visite en Dordogne.

Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner au CNEFG, avec son secrétaire d'Etat Laurent Nunez et en présence du commandant du centre, le général Bras
Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner au CNEFG, avec son secrétaire d'Etat Laurent Nunez et en présence du commandant du centre, le général Bras © Radio France - Antoine Balandra

Saint-Astier, France

Christophe Castaner était donc en Dordogne ce vendredi. Le ministre de l'Intérieur a assisté à des démonstrations de maintien de l'ordre au CNEFG, le centre national d'entraînement des forces de gendarmerie à l'occasion des 50 ans de l'institution. Il a également visité le nouveau commissariat de Bergerac et parlé police de sécurité du quotidien.

Au CNEFG, qui forme les gendarmes au maintien de l'ordre, le ministre est revenu sur les manifestations, parfois violentes des gilets jaunes des derniers mois en France.

Avec les polémiques sur les dérapages aussi de certains policiers ou gendarmes et les vidéos qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux de manifestants très gravement blessés, amputés des mains, ou éborgnés après des tirs de LBD.

Pour le ministre, ce que montrent ces manifestations, c'est qu'il faudra sans doute une nouvelle doctrine, qui sera enseignée à terme à Saint-Astier.

"Ce que je souhaite, c'est que tous les professionnels, puissent travailler sur une réinvention de la doctrine, à partir de ce qui est fait, comment nous pouvons adapter notre dispositif"

"Nous n'avons pas voulu réagir à chaud sur la doctrine, mais l'objectif est que dans les mois qui viennent, nous puissions y voir clair, pour aboutir à ce changement de doctrine. En 50 ans les choses se sont transformées en profondeur et ici on sait former, préparer, et doter les femmes et les hommes de terrain de doctrines d'emploi pour utiliser de manière adaptée les différentes armes qu'ils ont à disposition" a précisé le ministre.