Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Face à la diminution de ses réserves, l'Établissement français du sang lance un appel aux dons en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

L'Établissement français du sang tire la sonnette d'alarme : ses réserves en hémoglobine sont en diminution depuis la canicule et cela risque de s'aggraver avec la semaine du 15 août. En Gironde, plusieurs centres de collecte accueillent les donneurs pour rétablir les stocks.

Le centre de collecte de l'établissement français du sang en face de l'hôpital Pellegrin, à Bordeaux
Le centre de collecte de l'établissement français du sang en face de l'hôpital Pellegrin, à Bordeaux © Radio France - Julien Penot

Gironde, France

"Le don du sang, c'est urgent !" Le slogan de l’Établissement français du sang (EFS) est clair : les réserves en hémoglobine sont en baisse. Un phénomène habituel pendant l'été mais qui s'est accéléré avec la canicule et qui risque de s'aggraver avec la semaine du 15 août. 

Les réserves de sang diminuent

Allongé sur un fauteuil avec une aiguille au creux du bras, Sylvain, un donneur mensuel, est allé au centre de collecte en face de l'hôpital Pellegrin de Bordeaux : "Je suis venu au pied levé avant de partir en vacances. J'avais vu des affichages comme quoi il manquait, et voilà, je donne mon sang." 

Le don du sang c'est dix minutes" - Docteur Fabien Lassurguere, responsable des prélèvements de la Nouvelle-Aquitaine.

Un réflexe qui n'est pas suivi par beaucoup de monde. 4% seulement des personnes pouvant donner, passent à l'acte. Pourtant le manque est là. En temps normal, il faut à la région Nouvelle-Aquitaine entre 850 et 1 000 dons par jour pour répondre à la demande. Or, il n'y en a que 750 à 800 actuellement. 

Des vies sont en jeu

L'urgence des dons est un enjeu de taille car aucun produit à ce jour n'est capable de remplacer l'hémoglobine. "C'est un produit unique, précieux, dont on a besoin tous les jours. Donc il faut expliquer aux gens que le don du sang c'est dix minutes et il faut savoir passer cette peur de l'aiguille", insiste le Docteur Fabien Lassurguere, responsable des prélèvements de la Nouvelle-Aquitaine. 

Fabien Lassurguere, responsable des prélèvements de la Nouvelle Aquitaine réaffirme l'importance des dons du sang.

Contrairement au don de plasma ou de plaquette, le don du sang ne nécessite pas de prise de rendez-vous. Les hommes peuvent le faire six fois par an, et les femmes quatre. Pour savoir où vous pouvez donner votre sang, rendez-vous sur www.dondesang.efs.sante.fr.