Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Île-de-France, après le choc des explosions au Liban, la colère et l'envie d'aider gagnent la diaspora

-
Par , France Bleu Paris

Sur les réseaux sociaux, beaucoup de Libanais qui vivent en région parisienne cherchent à exprimer leur tristesse après la double explosion au port de Beyrouth. Certains appellent à manifester, d'autres à s'entraider.

Elise, 40 ans, une Francilienne née au Liban, accompagnée sur la photo de sa fille et de son neveu, compte partir sur place prêter main forte.
Elise, 40 ans, une Francilienne née au Liban, accompagnée sur la photo de sa fille et de son neveu, compte partir sur place prêter main forte. © Radio France - Victoria Koussa

Les pieds en Ile-de-France, l'esprit au Liban. Depuis la double explosion au port de Beyrouth mardi soir, les Libanais qui vivent en région parisienne ne ferment pas l’œil de la nuit et se repassent en boucle les images du champignon de fumée qui a dévasté une partie de la capitale libanaise, faisant d'après un dernier bilan plus de 135 morts, de 4.000 blessés dont 21 Français. "Regardez ! Il ne reste plus rien..." se désole Elise, le doigt vers la télé qu'elle n'arrive plus à éteindre. La Libanaise de 40 ans veut quitter Le Thillay, près de Roissy, pour rejoindre le pays du Cèdre afin d'aider physiquement. "Nettoyer, je m'en fous, je suis cadre peut-être, mais pour le Liban je suis prête à balayer, à aider à la construction, à distribuer des repas", explique la mère de famille, déterminée. Au chômage partiel, elle attend le feu vert d'un contact pour partir. 

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

Les appels aux dons se multiplient

Sur Facebook et sur Instagram, beaucoup de Libanais qui vivent en France proposent leur aide, et même d'offrir leurs billets qu'ils avaient réservé pour l'été à des médecins prêts à aller aider. Barbara, la femme d'un Libanais qui vit dans le 16e arrondissement de Paris, lance de son côté une collecte "à taille humaine". "Tous ceux qui veulent donner des produits de premières nécessités m'appellent et passent à la maison me déposer ce qu'ils souhaitent, comme des couches pour bébés, qui coûtent l'équivalent sur place de 60 euros le paquet à cause de la crise, ou encore des légumes secs, des pâtes", explique-t-elle, les Libanais sont très méfiants, ils ont peur de la corruption... Alors je prends le temps de prendre un café avec eux, de leur expliquer notre projet, pour les rassurer"

Des denrées et des couches pour bébé sont en train d'être récoltées et stockées à Roissy pour aider les familles les plus démunies au Liban.
Des denrées et des couches pour bébé sont en train d'être récoltées et stockées à Roissy pour aider les familles les plus démunies au Liban. © Radio France - Victoria Koussa

Si vous voulez participer à cette récolte, vous pouvez appeler pour donner des petits volumes Barbara Monreal au 06 65 87 43 14 et Odette Chesnot au 06 19 11 49 75. Les plus gros dons sont récupérés par Jessica, sur rendez-vous, dans un entrepôt à Roissy (06 26 90 21 35). Une cagnotte en ligne existe aussi pour ceux qui veulent donner de l'argent. L'objectif est de rassembler assez de dons afin de remplir un conteneur de 70 mètres cubes, l'équivalent d'un camion, pour lui faire traverser la Méditerranée. 

De son côté, la ville de Paris a annoncé éteindre la Tour Eiffel à minuit, de mercredi à jeudi, en mémoire aux victimes, et débloque 100.000 euros d'aide. La région Ile-de-France met aussi la main à la poche avec 300.000 euros pour la reconstruction des deux banques du sang de la Croix Rouge Libanaise de Beyrouth.

Nous sommes en colère jusqu'au ciel 

Des Libanais appellent à se mobiliser vendredi midi devant l'ambassade du Liban à Paris contre le gouvernement libanais. Depuis des mois, beaucoup dénoncent son irresponsabilité, sa corruption et son incapacité à offrir le minimum d'infrastructures aux habitants, comme l'eau potable ou l'électricité. 

"Nous sommes en colère jusqu'au ciel !" "On a atteint le summum !" A la terrasse d'un restaurant de grillades du 15e arrondissement, des amis libanais de la diaspora ne décolèrent pas. "Il y a des produits chimiques qui peuvent être placés en plein centre-ville parmi les civiles, c'est irresponsable", dénonce Oumar. 

ECOUTEZ - La colère des Libanais de la diaspora, à Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess