Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Ile-de-France ce week-end, les amateurs de retour sur les terrains de foot

-
Par , France Bleu Paris

De nombreuses manifestations avaient été interdites dans la région, suite à l'instauration de l'état d'urgence. Mais la Ligue de football d'Ile-de-France a finalement décidé de maintenir les 2.000 rencontres amateurs du week-end.

Une semaine après les attentats, le foot reprend ses droits
Une semaine après les attentats, le foot reprend ses droits © Maxppp - /NCY

On rejoue au football, et c'est une bonne chose. Entre samedi 21 et dimanche 22 novembre, le coup d'envoi aura été sifflé sur un peu plus de 2.000 pelouses franciliennes. Des matches amateurs, annulés le week-end dernier suite aux attentats de Paris et Saint-Denis, et qui ont donc cette fois été maintenus, après consultation des autorités préfectorales et de la FFF.

Des mesures de sécurité sont tout de même préconisées : dans l'ensemble des stades et des salles d'Ile-de-France, les sacs doivent être fouillés en amont des rencontres, et les accès contrôlés. "Il faut aussi éviter les attroupement à l'entrée ou à la sortie des enceintes sportives", explique Jamel Sandjak, le président de la Ligue régionale. Certes, certains matches amateurs ne réunissent qu'une cinquantaine de spectateurs, mais la vigilance est partout recommandée. Des consignes de prudence ont été communiqués aux clubs, prudence à l'égard d'éventuels inconnus.

"Nous, on joue les rouges contre les bleus"

Et tant pis s'il faut s'encombrer de ces quelques précautions. "L'essentiel, dit Jamel Sandjak, c'est que le sport reprenne ses droits." Selon lui, si le football a été visé au même titre que la musique et la vie culturelle, vendredi 13 novembre, avec l'explosion de trois bombes aux abords du Stade de France, c'est justement parce qu'il est un rempart contre les discriminations.

"Il faut préserver le football, activité multiculturelle", dit Jamel Sandjak

"Les clubs sont des espaces multiculturels, où l'on se fiche de la religion de l'autre. Nous, on joue les rouges contre les bleus", sourit le président de la Ligue. Les clubs de foot,  remparts contre le racisme et la radicalisation? Pour Jamel Sandjak, "Daesh s'oppose au football parce qu'il réunit des garçons et des filles, des gens de tous milieux. Et c'est la raison pour laquelle il faut à tout prix préserver notre pratique fraternelle du football."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess