Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

En Ile-de-France, des "corbeaux" dénoncent ceux qui ne respectent pas le confinement

-
Par , France Bleu Paris

Dans certains arrondissements à Paris, et dans certaines villes de la région, la police est surchargée d'appels. Au bout du fil, certains dénoncent le non-respect, réel ou supposé, des mesures par certains voisins ou passants.

Immeubles parisiens
Immeubles parisiens © Radio France - Isabelle Piroux

"Quand ça devient un peu abusé, j'appelle la police". Dans le XIXe arrondissement à Paris, Vincent*, 26 ans, avoue prévenir les forces de l'ordre quand il voit trop de gens traîner en bas de chez lui pendant le confinement. Il assume : "Ce qui m'exaspère, c'est l'insouciance avec laquelle les gens se permettent de se rassembler dehors pour discuter, pour fumer, boire une boisson..." Il dit passer ces coups de fil pour protéger les habitants de son quartier, où vivent de nombreux sans-abris, et où un hôtel a été réquisitionné pour héberger des malades du Covid-19. "Plus de 80% des Français sont cloîtrés chez eux, alors que ces gens là n'ont pas l'air de se sentir très concernés, mais ils mettent trop de personnes en danger !" 

Une maire incite des habitants à parler 

Il y a eu les mots menaçants dans les halls d'immeuble à l'égard du personnel soignant, des personnes homosexuelles... Un message d'un autre genre fait du bruit à Montgeron dans l'Essonne : la maire invite les habitants d'un quartier à dénoncer à la police ceux qui ne respectent pas les mesures du confinement. 

"Si vous êtes témoins du non-respect de confinement, je vous invite à le signaler à la police municipale ou nationale afin que les forces de sécurité puissent intervenir dans les meilleurs délais", peut-on y lire. Face aux accusations de délation, sur les réseaux sociaux notamment, comme pendant la Seconde guerre mondiale, la maire LR Sylvie Carillon dénonce "la comparaison à la collaboration", "abjecte pour les personnes qui en ont été victimes"

L'opposition regrette de son côté que ce message ne soit à destination que des habitants des résidences des quartiers de l'Oly et de la Forêt, les plus défavorisés de la commune. "C'est pas quelque chose qu'on attend de la part d'une maire, d'appeler à la délation, on s'attend plutôt à avoir des messages de solidarité et d'entraide", a réagi Stefan Milosevic, conseiller municipal d'opposition. 

* Le prénom a été changé pour garantir l'anonymat du témoin.

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

A Paris, une maire demande aux habitants d'arrêter d'appeler la police

Frédérique Calandra, la maire ex-PS du XXe arrondissement de Paris a, elle, écrit à ses administrés pour leur demander d'arrêter de dénoncer leurs voisins à la police, inondée d'appels. L'élue, qui reçoit même des photos, précise que ça ne sert à rien puisque les policiers sont déjà sur le terrain. Depuis le début du confinement "nous avons eu une avalanche de dénonciations, des appels, beaucoup de mails, de photos envoyées, de saisines adressées par Twitter…", raconte la maire, invitée de France Bleu Paris ce mardi matin. A tel point qu'elle a du mettre en place avec la police, "un numéro spécial qui permet de contacter une cellule d'écoute et de traitement des doléances". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess