Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EN IMAGES - La fresque de l'ancienne prison d'Orléans vient d'être déménagée

lundi 15 avril 2019 à 15:39 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Il a fallu une grue et une petite dizaine d'ouvriers ! La fresque de l'ancienne prison d'Orléans, dessinée par un ancien détenu, vient d'être enlevée du site en attendant la construction de la piscine.

La fresque et son sarcophage de béton pèsent quasiment dix tonnes.
La fresque et son sarcophage de béton pèsent quasiment dix tonnes. © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

C'était une opération aussi délicate qu’impressionnante, ce lundi matin à l'ancienne prison d'Orléans. La fresque représentant des nageurs, dessinée par un ancien détenu a été enlevée du chantier. Elle doit être intégrée à la future piscine qui occupera le terrain. 

Un mur de près de 10 tonnes

L'oeuvre, protégée par un imposant sarcophage en béton pèse près de dix tonnes. Il a donc fallu utiliser une grue pour la soulever et la poser sur un camion... Une opération qui a nécessité un peu plus d'une heure et une petite dizaine d'ouvriers.

Sur le site, le chantier a déjà démarré depuis plus de quinze jours et tout a déjà été écroulé. Ce pan de mur dessiné, c'est le dernier morceau de la prison toujours debout, au milieu d'une étendue de gravats. Sefa Uzuntepe est le dirigeant de l'entreprise en charge de ce déménagement : "On a commencé par gratter l'arrière de la fresque pour enlever les pierres. Puis on a noyé tout ça dans le béton pour consolider. Il ne reste plus qu'à soulever !"

"Cette prison a son histoire, donc il faut la faire vivre." 

L'ingénieur qui a mis sur pied et coordonné ce transport estime que des fissures peuvent apparaître durant l'opération, mais Sefa Uzuntepe a tout fait pour éviter cela. Il est attaché à cette fresque : "Je tiens au patrimoine. Cette prison là à deux siècles, elle a son histoire, donc il faut la faire vivre. J'ai du mal à trouver les mots pour décrire ce que je ressens !"

La fresque a été enfermée dans un sarcophage en béton pour la protéger. - Radio France
La fresque a été enfermée dans un sarcophage en béton pour la protéger. © Radio France - Cyrille Ardaud

Au total, le mur ne va rester que quelques secondes en l'air, juste le temps d'être posé sur la remorque d'un camion. Un instant très bref comparé aux trois semaines de travail et de préparation pour mesurer, fabriquer le coffrage et coordonner le déménagement. L'opération se passe sans aucun problème, Resoy est maçon et il peut enfin souffler : "On pensait que ce serait plus compliqué, avec plus de stress. Mais ça a été impeccable. C'est la première fois qu'on travaille sur un mur comme ça. On est vraiment content !"

En attendant la construction de la piscine, le pan de mur va être stocké à Jargeau, dans les locaux de l'entreprise. Il sera réinstallé d'ici dix-huit mois, mais l'emplacement exact est pour le moment inconnu.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans