Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - La mobilisation s'amplifie à Saint-Étienne contre la proposition de loi Sécurité globale

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un millier de manifestants vient de se rassembler à nouveau, place Jean-Jaurès à Saint-Étienne, pour dénoncer la proposition de loi sécurité globale. Nombre d'entre eux disent s'être mobilisés en raison des derniers cas de violences policières présumées survenus cette semaine.

A Saint-Etienne, de nombreux manifestants ont évoqué les derniers cas de violences policières, à Paris, comme raison de leur mobilisation.
A Saint-Etienne, de nombreux manifestants ont évoqué les derniers cas de violences policières, à Paris, comme raison de leur mobilisation. © Radio France - Céline Autin

Les Ligériens viennent à nouveau de se rassembler en nombre, place Jean-Jaurès à Saint-Étienne, pour dénoncer la proposition de loi Sécurité globale en cours de vote au Parlement. Une mobilisation plus importante encore que la semaine précédente, en raison  notamment des images diffusées cette semaine concernant plusieurs cas de violences policières présumées à Paris.

Le rassemblement s'est tenu devant le kiosque, place Jean-Jaurès à Saint-Etienne.
Le rassemblement s'est tenu devant le kiosque, place Jean-Jaurès à Saint-Etienne. © Radio France - Céline Autin

Des manifestants venus pour Michel Zecler et les migrants délogés place de la République

De nombreux manifestants n'étaient pas présents lors du premier rassemblement, la semaine dernière, contre la proposition de loi. Ce sont les images, très choquantes, des migrants délogés place de la République lundi 23 novembre, et du passage à tabac de Michel Zecler, producteur de musique noir, par des policiers, qui en ont fait venir certains.

Dans le rassemblement, nombre de pancartes et de slogans font d'ailleurs référence à ces deux épisodes :

Une manifestante venue de Pélussin dit sa colère contre les policiers : "On les appelait les gardiens de la paix avant, maintenant ce sont les forces de l'ordre, c'est tout dire ! On a peur d'eux, ils ne nous protègent plus. Et sans la vidéo, on n'aurait rien su de tout ça." Une référence à l'article 24 de la proposition de loi, qui punit la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre.

Beaucoup de colère contre les forces de l'ordre responsables de tabassages.
Beaucoup de colère contre les forces de l'ordre responsables de tabassages. © Radio France - CA

Les députés qui ont voté le texte pointés du doigt

Les manifestants sont aussi venus dire leur colère après le vote en première lecture, à l'Assemblée, de la proposition de loi. Beaucoup disent leur déception à l'égard des 388 députés ayant voté le texte, dont quatre dans la Loire. Certains se sont saisi des caricatures proposées par une dizaine de dessinateurs pour le rappeler :

Le rassemblement s'est ensuite prolongé par une action d'Alternatiba Saint-Étienne, Extinction Rebellion Saint-Étienne et Attac-Loire-sud.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess