Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Le campus Condorcet dévoile son immense bibliothèque de recherche à Aubervilliers

-
Par , France Bleu Paris

C'est un bâtiment exceptionnel situé en plein cœur de la Seine-Saint-Denis : le Grand équipement documentaire du Campus Condorcet à Aubervilliers est en partie accessible, depuis le 5 mai, aux chercheurs et aux étudiants. À terme, l'édifice accueillera 1 million de documents. Reportage.

Le hall du Grand Équipement documentaire fait 1.000 mètres carrés
Le hall du Grand Équipement documentaire fait 1.000 mètres carrés © Radio France - Hajera Mohammad

Le bâtiment en verre et en béton, aux lignes épurées, se situe en plein centre du campus Condorcet d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) qui accueille depuis fin 2019 des milliers de chercheurs et d'étudiants en sciences humaines et sociales. Imaginé par l'architecte franco-brésilienne Élizabeth de Portzamparc, l'édifice s'étend sur 23.000 mètres carrés. Il fallait au moins ça pour abriter ce Grand équipement documentaire (GED).

40 salles de travail, 1.400 places assises

Le GED, bibliothèque de recherche universitaire, dispose de 40 salles de travail, 1.400 places assises, un auditorium. Mais le plus impressionnant reste sans doute la collection de livres, cartes, archives et autres documents qu'il va abriter à terme : un peu plus d'un million de documents, en provenance de différentes bibliothèques et fonds répartis dans toute l’Île-de-France. 80% de ces ouvrages seront accessibles au public dans les rayonnages.

Le GED a été imaginé par l'architecte Elizabeth de Portzamparc
Le GED a été imaginé par l'architecte Elizabeth de Portzamparc © Radio France - Hajera Mohammad
L'escalier en béton dans la salle où le public pourra entrer et rendre les ouvrages empruntés
L'escalier en béton dans la salle où le public pourra entrer et rendre les ouvrages empruntés © Radio France - Hajera Mohammad
40 salles de travail sont disponibles au sein du GED
40 salles de travail sont disponibles au sein du GED © Radio France - Hajera Mohammad

Des rayons qui commencent à se remplir tout doucement. "On a des documents qui arrivent tous les jours, on décharge deux camions pleins chaque jour, en moyenne. On est sur un déménagement qui va durer deux ans", prévient Stéphanie Groudiev, la directrice du GED.

Un million de documents seront conservés au GED, dont 80% accessibles dans les rayonnages selon Stéphanie Groudiev, la directrice
Un million de documents seront conservés au GED, dont 80% accessibles dans les rayonnages selon Stéphanie Groudiev, la directrice © Radio France - Hajera Mohammad

5 kilomètres d'archives, 1 million de documents

Les 5 kilomètres linéaires d'archives, qui remontent au 19e siècle pour les plus anciennes, se trouvent au sous-sol du GED, à une température contrôlée minutieusement pour les conserver dans le meilleur état possible. Parmi les pièces rares, on retrouve des travaux de recherches de Pierre Bourdieu, annotées par le sociologue en personne. 

Des archives qui remontent jusqu'au 19 ème siècle sont conservées au sous-sol du GED
Des archives qui remontent jusqu'au 19 ème siècle sont conservées au sous-sol du GED © Radio France - Hajera Mohammad
Les archives se trouvent au sous-sol du GED
Les archives se trouvent au sous-sol du GED © Radio France - Hajera Mohammad
Les archives se trouvent au sous-sol du GED
Les archives se trouvent au sous-sol du GED © Radio France - Hajera Mohammad

Mais depuis le 5 mai, seul l'espace Françoise Héritier, situé au rez-de-chaussée, est accessible et uniquement sur rendez-vous, sur des plages horaires restreintes en raison de la crise sanitaire. Les étudiants et chercheurs du campus peuvent y emprunter des documents, les rendre et profiter de la salle de lecture et de travail. Ce jour-là d'ailleurs, on croise Aubin, étudiant en Master 2 d'Histoire, il prépare son mémoire de recherche. 

Il vient rendre des livres qu'il avait empruntés. "Que des vieux bouquins qu'on ne trouve quasiment qu'ici maintenant", dit-il en souriant. "C'est très pratique, ça m'évite d'aller courir dans tout Paris pour les trouver, c'est du temps gagné. Je ne m'embête plus à aller regarder sur les différents portails de recherche, maintenant je sais que je les trouverai ici", affirme le jeune homme. 

L' espace de travail Françoise Héritier au rez-de-chaussée est d'ores et déjà accessibles aux chercheurs et étudiants du campus
L' espace de travail Françoise Héritier au rez-de-chaussée est d'ores et déjà accessibles aux chercheurs et étudiants du campus © Radio France - Hajera Mohammad

Une bibliothèque ouverte aux habitants 

À terme, le GED sera ouvert 7 jours sur 7 et 24h/24, "à l'image de ce qui se fait sur les grands campus américains", assure Stéphanie Groudiev. L'inscription est gratuite. 

Dès le mois de novembre, tous les étages seront ouverts et les lieux seront aussi accessibles au grand public. Les habitants d'Aubervilliers et de la Seine-Saint-Denis pourront profiter d'une librairie et d'une cafétéria."Il y aura des expositions, des conférences, des projections de reportages, on est déjà en train de travailler avec les riverains et les associations pour prendre contact avec eux et mettre des choses en place ensemble", explique la directrice. 

Des espaces de lecture et de détente ont été aménagés sur les terrasses du GED
Des espaces de lecture et de détente ont été aménagés sur les terrasses du GED © Radio France - Hajera Mohammad

Ce bâtiment unique en France, et qui reste exceptionnel a l'échelle européenne, a un coût aussi : 110 millions d'euros, financés entièrement par la région Île-de-France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess