Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Ligue des droits de l'Homme et teufeurs ensemble à Laval contre la loi sécurité globale

-
Par , France Bleu Mayenne

À Laval, la marche contre le projet de loi sécurité globale a réuni près de 250 manifestants ce samedi 16 janvier. Au cortège des politiques et associations de gauche, se sont joints une centaine de fêtards, venus soutenir l'organisateur présumé de la rave party de Lieuron (Ille-et-Vilaine).

Les manifestants anti loi sécurité globale traversent la Mayenne.
Les manifestants anti loi sécurité globale traversent la Mayenne. © Radio France - Marion Bargiacchi

C'était un nouveau rendez-vous pour les pourfendeurs du projet de loi dit de sécurité global en Mayenne. 250 manifestants se sont retrouvés ce samedi 16 janvier, place du 11 Novembre, à Laval pour demander une nouvelle fois au gouvernement de reculer sur le texte. Mais cette fois, en plus des militants associatifs et politiques, une centaine de fêtards sont venus avec leur camion et leur sono. 

Dénoncer une "loi liberticide"

Alain Vignier, président de la section Laval/Mayenne de la Ligue des droits de l'Homme sait que la marche du jour mobilise moins de monde qu'il y a deux mois "le temps ne joue pas pour nous !", mais il espère faire oeuvre de pédagogie et de didactique pour que "les citoyens et les citoyennes se rendent compte que la liberté est une chose fragile". 

Selon lui, comme d'autres militants tout le texte est problématique, et l'article 24 censé empêcher les images "dégradantes" de policiers a été dilué ailleurs : 

L'article 24 a été retoqué puis réintroduit dans le projet de loi contre les séparatismes...  on a l'impression d'un tour de passe passe du gouvernement ! - Joëlle, dans le cortège

"Il a pris pour tout le monde"

Du côté des jeunes fêtards, dont certains étaient de la rave party à Lieuron, en Ille-et-Vilaine, manifester contre ce projet de loi et défendre l'organisateur présumé de la fête étaient une évidence. Leur musique résonne dans les rues de Laval, à mesure qu'ils avancent avec le cortège. 

Camille, 27 ans, défile avec sa pancarte "Free Party, Free Patrie", elle veut dénoncer les incohérences du gouvernement : "On peut penser ce qu'on veut du contexte sanitaire. Pour la fête qui a eu lieu près de Redon, je ne dis pas que je cautionne, je dis juste qu'aujourd'hui avec ce couvre-feu à 18 heures, on s'agglutine dans les transports, dans les grandes surfaces."

"On a puni pour l'exemple, des personnes qui voulaient juste faire la fête et qui n'en pouvaient plus d'une année entière de privation" - Camille

Alain Vignier, président de la LDH de Laval, maintient son appel à manifester.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess