Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Oradour-sur-Glane : la relève se prépare pour perpétuer les souvenirs du village martyre

-
Par , France Bleu Limousin

77 ans après le massacre de 643 habitants d'Oradour-sur-Glane, les commémorations se sont déroulées en comité encore un peu restreint ce jeudi dans le village martyr. Quelques enfants ont tout de même pu y assister, tout un symbole de la relève qui se prépare pour perpétuer le souvenir de ce drame.

77 ans après le massacre d'Oradour-sur-Glane, les commémorations ont débuté devant le monument aux morts des enfants des écoles.
77 ans après le massacre d'Oradour-sur-Glane, les commémorations ont débuté devant le monument aux morts des enfants des écoles. © Radio France - Nathalie Col

Ce jeudi Oradour-sur-Glane a renoué avec la traditionnelle procession sur les lieux de mémoire et dans les ruines du village martyr, pour commémorer les 77 ans du massacre de 643 habitants par la SS Das Reich, le 10 juin 1944. Pour la deuxième année consécutive le nombre de participant était limité, en raison du contexte sanitaire, mais la cérémonie s'est déroulée presque comme d'habitude. Quelques enfants ont même pu y participer, afin de poursuivre le devoir de mémoire.

Une minute de silence a également été respectée devant le monument aux morts des deux guerres, où une gerbe de fleurs a aussi été déposée.
Une minute de silence a également été respectée devant le monument aux morts des deux guerres, où une gerbe de fleurs a aussi été déposée. © Radio France - Nathalie Col

Un cortège de 200 personnes mené par Robert Hébras

Le cortège d'environ 200 personnes était composé de familles de victimes, d'élus et de personnalités comme Robert Hébras, le dernier survivant du massacre. Camille Senon, qui y avait échappé de peu, a aussi tenu à venir rendre hommage aux victimes.

La procession a lentement fait le tour des ruines du village martyre d'Oradour-sur-Glane, où 643 enfants, femmes et hommes ont été massacrées par la SS Das Reich le 10 juin 1944.
La procession a lentement fait le tour des ruines du village martyre d'Oradour-sur-Glane, où 643 enfants, femmes et hommes ont été massacrées par la SS Das Reich le 10 juin 1944. © Radio France - Nathalie Col

Chaque lieu de mémoire a été visité ce jeudi, notamment l'ancienne église d'Oradour-sur-Glane où les femmes et les enfants du village ont été enfermés par les Nazis, qui ont ensuite mis le feu à l'édifice.

Moment de recueillement dans l'ancienne église d'Oradour-sur-Glane, incendiée par les Nazis alors que les femmes et enfants du village y avaient été enfermés.
Moment de recueillement dans l'ancienne église d'Oradour-sur-Glane, incendiée par les Nazis alors que les femmes et enfants du village y avaient été enfermés. © Radio France - Nathalie Col

Sur la place du champ de foire, où la population a été rassemblée avant le massacre, Robert Hébras a demandé une nouvelle minute de silence. "Ils ne savaient pas ce qui les attendait" a rappelé le dernier survivant du massacre.

Robert Hébras et sa petite-fille Agathe : "Aujourd'hui il me transmet le flambeau pour que ce drame ne tombe pas dans l'oubli."
Robert Hébras et sa petite-fille Agathe : "Aujourd'hui il me transmet le flambeau pour que ce drame ne tombe pas dans l'oubli." © Radio France - Nathalie Col

Faire vivre la mémoire de ce drame

Aux côtés de Robert Hébras, 96 ans, se tient sa petite-fille Agathe. Une présence réconfortante à plus d'un titre. "Je pense qu'elle reprendra le flambeau. Pour moi c'est important, parce que si personne ne poursuit la mémoire, elle tombera dans l'oubli." La jeune femme de 28 ans, qui est née quand Robert Hébras a commencé à témoigner et qui a grandit en écoutant ses souvenirs, c'est une évidence. Elle témoignera à sa manière et pas par obligation précise-t-elle.

"J'ai assisté à sa naissance de témoin, dans les années 90. Il ne m'oblige pas à l'écouter, mais j'ai envie d'être ici, c'est naturel. Aujourd'hui il me transmet le flambeau." Elle s'engage donc à perpétuer ses souvenirs, pour que les ruines d'Oradour ne deviennent pas de simples monuments historiques et qu'ils conservent une âme, même lorsque tous les témoins directs auront disparu.

Les associations d'anciens combattants sont toujours fidèles aux commémorations du massacre d'Oradour-sur-Glane.
Les associations d'anciens combattants sont toujours fidèles aux commémorations du massacre d'Oradour-sur-Glane. © Radio France - Nathalie Col

Dans les rangs des enfants, qui ont assisté à une leçon d'histoire grandeur nature, il y a aussi beaucoup d'émotion. "C'était triste" réagit Alyson 10 ans, particulièrement choquée en découvrant "la mort d'un enfant de 12 jours" dans ce massacre. Hugo, ajoute, "on pense aux morts pour faire passer le message qu'il faut protéger les gens." 

Avec leurs camarades, ces écoliers ont aussi la volonté de continuer à faire vivre la mémoire de ce drame. Ils s'en font plus que jamais un devoir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess