Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Orléans : 250 manifestants dénoncent l'ouverture d'un centre de rétention administrative à Olivet

-
Par , France Bleu Orléans

Plus de 250 personnes sont descendues dans la rue ce samedi après-midi à Orléans pour dénoncer l'ouverture d'un centre de rétention administrative à Olivet. Dès 2023, il devrait accueillir 90 étrangers en situation irrégulière en attende d'expulsion vers leur pays d'origine.

250 personnes ont manifesté à Orléans ce samedi contre le centre de rétention administrative censé ouvrir en 2023 à Olivet.
250 personnes ont manifesté à Orléans ce samedi contre le centre de rétention administrative censé ouvrir en 2023 à Olivet. © Radio France - Marine Protais

A l'appel du collectif Colère, plus de 250 personnes ont manifesté ce samedi après-midi dans le centre-ville d'Orléans pour dénoncer l'ouverture d'un centre de rétention administrative à Olivet. Censé ouvrir ses portes en 2023, il devrait accueillir 90 étrangers en situation irrégulière, en attente d'expulsion vers leur pays d'origine. Un projet auquel s'oppose le collectif, rejoint par de nombreux syndicats, Place de Loire, en début d'après-midi.

Le cortège est parti de Place de Loire peu après 14 heures ce samedi.
Le cortège est parti de Place de Loire peu après 14 heures ce samedi. © Radio France - Marine Protais

Les manifestants dénoncent notamment des conditions de vie "inhumaines" dans ces centres de rétention administrative.

Christine, bénévole à l'association La Cimade, compare ces centres de rétention à des "prisons".
Christine, bénévole à l'association La Cimade, compare ces centres de rétention à des "prisons". © Radio France - Marine Protais

Pour Christine, retraitée et bénévole à La Cimade, une association de soutien aux réfugiés, un centre de rétention admistrative - un CRA - est carrément une "prison qui ne dit pas son nom".

On sait ce qui se passe dans les centres de rétention administrative. Le régime est tout à fait carcéral. Il y a des femmes, des enfants, des familles entières qui vivent dans des conditions effroyables. Ils sont entassés, enfermés, avec des conditions d'hygiène déplorables. - Christine, bénévole à La Cimade

D'autant qu'ils peuvent y rester jusqu'à 90 jours, alerte le porte-parole du collectif Colère.

Protéger ces étrangers qui ont "vécu l'enfer" 

Pour Théo Roumier, porte-parole du collectif Colère, il est inacceptable "d'enfermer" dans ces centres des personnes qui ont déjà "vécu l'enfer" avant d'arriver en France. "Certains ont des parcours jonchés d'horreur. Ils ont parfois traversé la Méditerranée, qui, on le sait, est un cimetière humain. Donc ce sont des survivants et des survivantes." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Parmi eux, de nombreux enfants, parfois obligés de quitter l'école pour rejoindre un centre de rétention, avec leurs parents.

Les manifestants alertent sur la situation des mineurs étrangers scolarisés en France et menacés d'expulsion.
Les manifestants alertent sur la situation des mineurs étrangers scolarisés en France et menacés d'expulsion. © Radio France - Marine Protais

Des mineurs "obligés de quitter l'école"

"Régulièrement, des enfants sont menacés par l'expulsion de leurs parents. Et ces enfants, ils sont scolarisés dans nos écoles", met en garde Chantal, enseignante en maternelle. Plusieurs fois au cours de sa carrière, elle a vu certains de ses élèves quitter l'école du jour au lendemain pour rejoindre un centre de rétention. "Ce sont des enfants qui ont des copains, qui sont intégrés dans le milieu scolaire, et qui vont devoir retourner dans un pays dont ils ne connaissent rien."

Le collectif Colère appelle à la régularisation de tous les sans-papiers de France, "sans condition".
Le collectif Colère appelle à la régularisation de tous les sans-papiers de France, "sans condition". © Radio France - Marine Protais

Maxence, lycéenne en classe de Première, connaît personnellement des jeunes dans cette situation. Des étudiants venus du Sri Lanka, qui étudient en BTS dans le même lycée qu'elle et qui, à la fin de l'année scolaire, devront quitter le territoire et donc, probablement, passer par l'un des 24 centres de rétention administrative que compte la France.

Des lycéennes (à gauche) sont venues pour soutenir des camarades sri lankais, menacés d'expulsion.
Des lycéennes (à gauche) sont venues pour soutenir des camarades sri lankais, menacés d'expulsion. © Radio France - Marine Protais

"Tant qu'ils sont mineurs, ils ont le droit d'étudier en France. Mais ils seront majeurs dans les prochains mois, et donc on va leur demander de partir" se désole la lycéenne. C'est pourquoi le collectif Colère demande la régularisation de tous les sans-papiers présents sur le territoire français, sans condition. 

Le collectif Colère espère désormais être reçu par la Préfète du Loiret.
Le collectif Colère espère désormais être reçu par la Préfète du Loiret. © Radio France - Marine Protais

Le collectif a également demandé à être reçu par la Préfète du Loiret, pour réclamer l'abandon du projet de CRA à Olivet. Il dit ne pas avoir obtenu de réponse pour le moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess