Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EN IMAGES - Plus de 300 motards rassemblés à Poitiers contre la limitation à 80km/h sur les routes secondaires

samedi 27 janvier 2018 à 21:51 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou

Plus de 300 à Poitiers, 600 à Niort, les automobilistes ont fait entendre leur colère dans le Poitou ce samedi 27 janvier. En cause notamment la limitation à 80km/h des routes secondaires.

Prix de l'essence, nouvelles modalités du contrôle technique, route à 80km/h, les automobilistes ont fait entendre leur colère.
Prix de l'essence, nouvelles modalités du contrôle technique, route à 80km/h, les automobilistes ont fait entendre leur colère. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Poitiers, France

Les moteurs vrombissent pour faire entendre leur mécontentement. A Poitiers, 300 motards ont convergé vers la Préfecture de la Vienne. Une manifestation à l'appel du collectif "Colère 86". Créé il y a tout juste deux semaines, il compte déjà plus de 2.000 membres.

L'une des revendications c'est la baisse de la vitesse de 10km/h sur les routes secondaires. Une mesure "impossible" pour Johan. "J'ai une voiture avec six vitesses, si je roule à 80km/h, je suis en sous régime et je pollue." Pour Thierry, ce serait carrément une angoisse :" Déjà à 90, je regarde souvent le compteur pour m'assurer que je ne dépasse pas la limitation. Alors à 80, j'aurais les yeux rivés sur le compteur ou alors il faudra que j'accepte de perdre des points mais ça ne m'est jamais arrivé.

Enfin, il y a ceux qui comme Sébastien acceptent certains aménagements : " Il y a des routes qui ont besoin d'être sécurisées car elles sont trop dangereuses. Mais ça doit se faire au cas par cas." En revanche, l'argument du gouvernement de sauver entre 300 et 400 vies par an sur les routes n'est pas un argument pour lui : "On ne compte jamais le nombre d'accidents et lui, il ne va pas diminuer."

Bâcher les radars

Lors de la mobilisation, les automobilistes ont décidé de "bâcher les radars", des radars situés aux mauvais endroits selon Aflred Girault, à l'origine de la mobilisation : " les radars sont placés là où il y a le plus d'infraction et non là où il y a le plus d'accidents. Le but c'est de faire de l'argent." Et cet argent devrait être réinvesti pour Philippe : "Nos routes sont en mauvais état. Dès qu'il pleut, on ne voit plus les bandes blanches, on ne voit plus la signalisation et c'est pourtant primordial". 

La hausse du prix du carburant dans le viseur des automobilistes

Plus 7 centimes sur le plein de gazole, plus 4 centimes si vous roulez à l'essence, forcément à la pompe, certains font la grimace. "Ecoutez mon plein me coûtait 70 euros, aujourd'hui je suis à 85 euros. Et les 15 euros j'en ai besoin pour vivre" affirme Sébastien. Pour Johan, ça implique des déplacements moins fréquents : "On aime bien aller au bassin d'Arcachon ou à la montagne. Désormais on y ira moins souvent."

Les automobilistes ont obtenu un rendez-vous mardi 30 janvier à la préfecture. Mais ils restent persuadés que le gouvernement ne rétropédalera pas tout de suite. Ils prévoient donc déjà une nouvelle mobilisation.