Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EN IMAGES - Qui sont les militants d'Extinction Rebellion place du Châtelet ?

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis lundi, les militants du collectif Extinction Rebellion occupent la place du Châtelet à Paris. Leur mot d'ordre : la désobéissance civile, non violente, pour faire réagir en urgence les politiques sur le changement climatique.

Des banderoles, des filets de pêches, des ballots de paille ... Les militants d'Extinction Rebellion ont transformé la place du Châtelet.
Des banderoles, des filets de pêches, des ballots de paille ... Les militants d'Extinction Rebellion ont transformé la place du Châtelet. © Radio France - Noémie Philippot

Paris, France

Ils viennent d'un peu partout en France et ont transformé la place du Châtelet en un véritable campement. Depuis lundi, les militants du collectif Extinction Rebellion occupent et bloquent les rues débouchant sur la place ainsi que le Pont au Change. Cette action illégale est caractéristique de leur mode opératoire : la désobéissance civile, sans violence. Sous le regard des policiers déployés autour de la zone, ils interpellent les passants, les invitant à les rejoindre. 

Malgré l'ambiance festive et bonne enfant, les préoccupations des militants sont graves. Ils comptent tenir au moins jusqu'à la fin de la semaine, pour pousser le gouvernement à prendre différentes mesures de lutte contre le changement climatique

Alexandre, 34 ans, chef d'entreprise dans l'information vient de Bretagne

Alexandre estime que le gouvernement n'a pas réagi aux pétitions ni aux marches pour le climat. Pour lui, il est donc temps d'aller plus loin. - Radio France
Alexandre estime que le gouvernement n'a pas réagi aux pétitions ni aux marches pour le climat. Pour lui, il est donc temps d'aller plus loin. © Radio France - Noémie Philippot

J'ai rejoint Extinction Rebellion en avril, quand ça a commencé. C'est une prise de conscience très récente pour moi. J'ai un bébé de 18 mois et je me dis qu'il faut que je fasse des choses, que je puisse lui dire quand il sera plus grand que j'ai essayé de faire des choses à mon humble niveau.

Clara, 25 ans et Clarisse, 24 ans viennent de terminer leurs études

Clara milite avec Extinction Rebellion depuis cinq mois. Clarisse vient tout juste de rejoindre le mouvement.  - Radio France
Clara milite avec Extinction Rebellion depuis cinq mois. Clarisse vient tout juste de rejoindre le mouvement. © Radio France - Noémie Philippot

Clarisse mène ses premières actions avec Extinction Rebellion : 

J'ai toujours eu une sensibilité pour ça, c'est quelque chose que je veux mettre dans mon métier : je suis ingénieure environnement, mais je pense qu'on ne peut pas agir qu'avec notre métier. Il faut être activiste un minimum, c'est pour ça que je rejoins ce mouvement.

Fanche, institutrice à la retraite depuis peu

Fanche est à la retraite depuis quelque temps. Elle dessine son petit personnage "Camille change de cap" pour parler d'écologie sur Instagram. - Radio France
Fanche est à la retraite depuis quelque temps. Elle dessine son petit personnage "Camille change de cap" pour parler d'écologie sur Instagram. © Radio France - Noémie Philippot

Ces questions, je pense qu'il faut que tout le monde s'en saisisse ! Pour moi il n'est pas question d'être ailleurs. L'activisme et la désobéissance me paraissent légitime si on veut réussir à préserver ce qui reste de notre monde, parce qu'on ne nous écoute pas, rien ne change et les choses empirent !

Parmi les militants, il y a beaucoup de jeunes, mais aussi des parents. Les sexagénaires sont plus rares, mais tous parlent d'une atmosphère "incroyable", où ils peuvent "parler facilement" pour tenter de trouver des solutions. Mais Fanche aimerait voir de nouvelles têtes rejoindre les militants place du Châtelet : "C'est vrai qu'il y a un peu une uniformité des profils ici - je caricature un petit peu. Moi j'aimerais bien une grande mixité, une grande diversité !" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu