Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Rassemblement de l'association L214 à Orléans contre l'élevage intensif

-
Par , France Bleu Orléans

L'association L214 appelle à des rassemblements dans une trentaine de villes françaises ce samedi, notamment à Orléans. Installés devant Place d'Arc, les militants réclament la "sortie de l'élevage intensif" qui, selon eux, favorise "l'émergence de pandémies".

Les militants orléanais de l'association L214 ont mené une action de 14h30 à 16h30 ce samedi devant Place d'Arc.
Les militants orléanais de l'association L214 ont mené une action de 14h30 à 16h30 ce samedi devant Place d'Arc. © Radio France - Marine Protais

Des militants de l'association L214 se réunissent dans une trentaine de villes françaises ce samedi, notamment à Orléans. Depuis 14h30, ils sont une dizaine, Place Albert 1er, devant le centre commercial Place d'Arc, pour réclamer "une sortie de l'élevage intensif" qui, selon eux, favorise l'émergence de futures pandémies. 

Une dizaine de bénévoles de l'association L214 se réunissent ce samedi à Orléans pour réclamer la sortie de l'élevage intensif et ainsi lutter contre les pandémies.
Une dizaine de bénévoles de l'association L214 se réunissent ce samedi à Orléans pour réclamer la sortie de l'élevage intensif et ainsi lutter contre les pandémies. © Radio France - Marine Protais

Raphäel Legros, responsable de l'antenne locale de l'association, estime qu'il faut se pencher sur les "causes" des crises sanitaires, comme celle du Covid-19 que nous vivons actuellement, plutôt que d'en "subir ses conséquences".

Une des causes, c'est l'élevage intensif, en raison de la promiscuité dans les bâtiments. Les animaux sont enfermés dans des lieux clos, sans accès à la lumière du jour. Ces animaux sont très proches génétiquement, donc si un virus ou une bactérie circule, il contamine tous les animaux. Et ces bactéries et virus sont transmissibles à l'Homme.

Ce militant explique se baser sur plusieurs études réalisées par des scientifiques. "Un organisme d'experts évalue à 50 milliards le coût pour traiter les causes des pandémies, alors que pour agir sur les conséquences, il va falloir débourser mille milliards. Donc ça nous coûte 20 fois plus cher."

Rallier le maire d'Orléans à leur cause pour interpeller le président de la République

Pour Raphaël Legros, mettre fin à l'élevage intensif est le meilleur moyen pour éviter l'émergence d'autres pandémies dans les prochaines années. Mais il se dit conscient que ces changements ne peuvent se faire "du jour au lendemain." Mais dit avoir des solutions concrètes pour que sortir progressivement de ce modèle d'élevage. 

Nous demandons au président de la République, Emmanuel Macron, un moratoire sur ce type d'élevage, mais aussi un accompagnement pour les professionnels de la filière. Car pour sortir ce mode d'élevage, il faudra revoir notre consommation de viande à la baisse.

Les militants de l'association L214 interpellent les passants pour qu'ils scannent ce QR Code et interpellent ainsi leurs élus via les réseaux sociaux.
Les militants de l'association L214 interpellent les passants pour qu'ils scannent ce QR Code et interpellent ainsi leurs élus via les réseaux sociaux. © Radio France - Marine Protais

A Orléans, le principal objectif des militants est d’interpeller les passants et de les convaincre de scanner un QR code. Il les renvoie automatiquement sur un Tweet pré-écrit par l’association, visant à interpeller le maire d’Orléans, Serge Grouard. 

Pour l'heure, les bénévoles disent n'avoir eu aucun échange avec l'élu sur le sujet. Mais ils espèrent qu'il se ralliera à leur cause et entrera en contact avec Emmanuel Macron pour le convaincre de l'intérêt de leurs revendications. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess