Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Sécurité Globale : 250 personnes manifestent à Bayonne

-
Par , France Bleu Pays Basque

Environ 250 personnes ont manifesté ce samedi 5 décembre à Bayonne malgré une forte pluie. A l'appel des Gilets Jaunes du Pays Basque, de huit formations politiques de gauche et du syndicat LAB, ils ont réclamé l'abandon de la proposition de loi "Sécurité Globale" qu'ils jugent liberticide.

Environ 250 personnes ont manifesté dans les rues de Bayonne pour demander le retrait de la proposition de loi "Sécurité Globale"
Environ 250 personnes ont manifesté dans les rues de Bayonne pour demander le retrait de la proposition de loi "Sécurité Globale" © Radio France - Thibault Vincent

"Retrait Total Sécurité Globale" ! C'est derrière cette banderole portée par des Gilets Jaunes du Collectif Pays Basque, à l'origine de la manifestation, qu'environ 250 personnes ont défilé, ce samedi 5 décembre après-midi, dans les rues du centre de Bayonne, de la symbolique place de la Liberté devant la mairie jusqu'à la sous préfecture, en passant par les rues piétonnes, le rond point Saint-Léon et les allées Paulmy, bravant la pluie, le froid et le vent.

Certains manifestant à Bayonne tenaient des drones factices au bout d'un bâton
Certains manifestant à Bayonne tenaient des drones factices au bout d'un bâton © Radio France - Thibault Vincent

Un défilé précédé de prises de paroles des différents intervenants, sous les fenêtres de la mairie, abrités par les marquises du café du théâtre fermé depuis le début du deuxième confinement . 

Les prises de paroles se sont succédées sur la place de la Liberté avant le défilé dans les rues de Bayonne
Les prises de paroles se sont succédées sur la place de la Liberté avant le défilé dans les rues de Bayonne © Radio France - Thibault Vincent

C'est le collectif des Gilets Jaunes du Pays Basque qui est à l'origine de cet appel à manifester. Il a été rejoint par un collectif basque, en cours de constitution, contre la loi Sécurité Globale. Pour l'heure, huit organisations politiques de gauche (EELV, EH BAI, ENSEMBLE!, France Insoumise, Gauche Démocratique et Sociale, Génération.s, PCF Côte Basque et Seignanx, PS 64) ont signé cet appel constitutif qui devrait être ouvert aux syndicats et aux associations locales qui souhaiteraient le rejoindre. Le syndicat LAB a également appelé à se joindre à cette manifestation.

Dans le défilé bayonnais, on pouvait également découvriur des pancartes hostiles au Président de la République
Dans le défilé bayonnais, on pouvait également découvriur des pancartes hostiles au Président de la République © Radio France - Thibault Vincent

Tous demandent le retrait de la proposition de loi "Sécurité Globale" en cours d'examen au Parlement. Un texte qui suscite de vives polémiques. Son article 24 a notamment fait grand bruit. Il prévoit l'interdiction de diffuser toute images de policiers en intervention. Mais face aux levées de boucliers, y compris dans les rangs de la majorité parlementaire, et à plusieurs affaires de violences policières mises au jour grâce à la diffusion justement de vidéos, le Gouvernement et le Président de la République ont déjà annoncé la réécriture de cet article.

Le défilé a notamment emprunté les rues piétonnes du centre-ville de Bayonne
Le défilé a notamment emprunté les rues piétonnes du centre-ville de Bayonne © Radio France - Thibault Vincent

Mais "il n'est pas retiré, la navette parlementaire se poursuit", avertit Michel, gilet jaune Hendayais . Et puis "l'article 24 n'est que l'arbre qui cache la forêt", rajoute Margot, membre du collectif Gilets Jaunes Pays Basque, qui cite d'autres points de la proposition de loi comme le recours à des entreprises de sécurité privé pour seconder la police nationale dans certaines conditions ou encore l'autorisation du recours aux drones. "Cette loi, il faut la retirer absolument, conclut-elle, parce que c'est une loi liberticide."

Avant de se disperser, les manifestants ont fait une halte symbolique devant la sous-préfecture de Bayonne
Avant de se disperser, les manifestants ont fait une halte symbolique devant la sous-préfecture de Bayonne © Radio France - Thibault Vincent

Après deux heures de discours, de chants et d'une marche arrosée, le tout dans le calme et sous la surveillance lointaine et légère de la police nationale, les manifestants se sont quittés aux alentours de 16h là même où ils se sont rassemblés, sur cette place de la Liberté, éponyme de l'aspiration motrice de leur action.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess