Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Journée de mobilisation dans le bois de Latingy contre le projet de déviation de Jargeau

-
Par , France Bleu Orléans

Les opposants au projet de déviation de Jargeau, qui prévoit notamment la création d'un pont entre Darvoy et Mardié, se mobilisent ce dimanche pour exprimer leur opposition. Venus défendre l'environnement et les engagements de l'écrivain Maurice Genevoix, ils ont déambulé dans le bois de Latingy.

Une petite centaine de personnes ont participé à la journée de mobilisation contre le projet de déviation de Jargeau, dans le Bois de Latingy, à Mardié.
Une petite centaine de personnes ont participé à la journée de mobilisation contre le projet de déviation de Jargeau, dans le Bois de Latingy, à Mardié. © Radio France - Marine Protais

Les opposants au pont de Jargeau assurent qu’ils ne lâcheront rien. La bataille entre les défenseurs du projet de déviation - porté par le Département du Loiret - qui prévoit de créer 15 km de routes et la construction d’un pont entre Darvoy et Mardié, et ceux qui s'y opposent est loin d’être terminée.  

A l’appel du collectif La Loire Vivra, qui représente 23 associations, ce dimanche, environ 80 personnes se sont mobilisées ce dimanche matin autour du Bois de Latingy, où des arbres ont été coupés sur le tracé de la future déviation, pour rappeler leur attachement à cet écrin de verdure, à la Loire et rendre hommage à l'écrivain Maurice Genevoix, fervent défenseur de la nature.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Nous sommes une centaine, c'est pas mal ! Mais on espère être encore plus nombreux", souligne Frédérique Marmet. Elle fait partie de la coordination de La Loire Vivra.

Les opposants au projet de déviation de Jargeau ont déambulé pendant plus d'une heure dans le bois de Latingy, à Mardié.
Les opposants au projet de déviation de Jargeau ont déambulé pendant plus d'une heure dans le bois de Latingy, à Mardié. © Radio France - Marine Protais

Cette journée est particulièrement importante parce qu'on voulait rendre hommage à Maurice Genevoix, qui habitait juste à côté, et qu'il était le "premier écologiste de France", comme l'a dit Jacques Chirac. - Frédérique Marmet, coordinatrice de La Loire Vivra.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Frédérique Marmet tient à rappeler son opposition au "béton" et à ce pont qui, selon elle, engendra "un tas de nuisances". Un avis partagé par les jeunes venus participer à cette journée de mobilisation.

Des 16-25 ans venus "se mobiliser pour l'environnement"

"Aujourd'hui, on nous dit que ce projet est destiné à désengorger Jargeau, alors qu'on ne travaille pas sur des sujets de mobilité plus pertinents comme la ligne SNCF Châteauneuf-sur-Loire - Orléans, ou des modes de déplacement un peu plus doux", dénonce Adrien, 25 ans, qui a fait 20 km à vélo pour venir jusqu'au bois de Latingy, à Mardié. "On va encore perdre de la biodiversité alors que ce territoire, autour de la Loire, est merveilleux. On a envie de le préserver."

De nombreux jeunes, âgés de 16 à 25 ans, ont participé au rassemblement dans le bois de Latingy ce dimanche.
De nombreux jeunes, âgés de 16 à 25 ans, ont participé au rassemblement dans le bois de Latingy ce dimanche. © Radio France - Marine Protais

Et c'est justement pour ces raisons que Stéphane, 46 ans, a tenu à emmener ses trois enfants à cette mobilisation. "En termes de transmission, c'est important. Ma fille va bientôt pouvoir voter. Et je veux leur faire comprendre qu'ils ont ce pouvoir de citoyen de dire qu'ils sont pour ou contre. Et pas juste se dire que, de toute façon, ce sont les politiques qui décident."

Les opposants se sont rendus à l'endroit même où des arbres ont été coupés, sur le tracé de la déviation de Jargeau.
Les opposants se sont rendus à l'endroit même où des arbres ont été coupés, sur le tracé de la déviation de Jargeau. © Radio France - Marine Protais

Et le message semble être passé. Camille, 18 ans, est convaincue que cette mobilisation peut faire céder les porteurs du projet et les pousser à abandonner. "Je pense que si on se rassemble, si on en discute et qu'on se bat jusqu'au bout, je pense que les politiques peuvent céder." 

Les opposants au projet de déviation de Jargeau veulent faire interdire la construction d'un pont sur la Loire, entre Darvoy et Mardié.
Les opposants au projet de déviation de Jargeau veulent faire interdire la construction d'un pont sur la Loire, entre Darvoy et Mardié. © Radio France - Marine Protais

Son frère, Bastien, 16 ans, complète : "D'autant que c'est un projet départemental, et que les élections départementales arrivent bientôt. Donc montrer qu'on est contre de ce pont, ça peut montrer aux candidats et aux futurs membres du conseil départemental qu'il y a une opposition et peut-être, les convaincre d'arrêter ce projet avant qu'il ne soit trop tard."

Le collectif La Loire vivra prévoit d'ailleurs, dans les prochains jours, d’interpeller un à un les candidats aux élections départementales - qui auront lieu les 20 et 27 juin - pour leur demander, clairement, si oui ou non, ils soutiennent ce projet de pont.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess