Société

En Limousin on passe désormais son code de la route à la Poste

Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin et France Bleu mercredi 25 janvier 2017 à 15:53

Pour éviter la triche, les candidats ont chacun un questionnaire différent
Pour éviter la triche, les candidats ont chacun un questionnaire différent © Radio France - Philippe Graziani

En Limousin on passe désormais son code à la Poste. Cette dernière a reçu l'agrément de l’État pour faire passer l'examen du code de la route. Dans la région, la Poste a ouvert quinze sites dans ses agences pour accueillir les candidats.

C'est la réforme du permis de conduire de 2015 qui a décidé d'externaliser l'examen du code la route. Même si les préfectures continuent d'organiser l'épreuve elles-aussi. Quatre entreprises ont obtenu l'agrément de l’État. Trois privées : Pearson, SGS et Bureau Véritas. Et la Poste. Cette dernière est déjà largement opérationnelle en Limousin. SGS de son côté a ouvert deux bureaux à ce jour, à Guéret et Brive

620 candidats par semaine

Quinze agences de la Poste dans la région peuvent accueillir des candidats. Trois pour des épreuves en groupe, à Limoges, Brive et Guéret, et douze en individuel notamment à Bellac, Condat-sur-Vienne, Laguenne ou Pompadour. "Nous pouvons accueillir 620 candidats par semaine ", explique Eric Breuil, directeur satisfaction client de la Poste en Limousin. Ces candidats doivent s'inscrire sur le site internet dédié créé par l'entreprise. 35 postiers ont reçu une formation par internet de trois heures pour faire passer l'examen.

Un examen désormais payant

L'examen en lui même se déroule sur une tablette. L'élève répond à 40 questions comme autrefois en 20 minutes. Les réponses sont remontées directement par réseau au ministère de l'Intérieur qui les corrige. Le candidat reçoit ses résultats par la Poste. Mais il y a un changement notable : l'examen est désormais payant pour le candidat : 30 euros. Un prix fixé par l’État précise Eric Breuil qui ajoute "on ne considère pas que c'est une activité commerciale puisque c'est du service public. Ce n'est pas pour nous un effort de développement ni un chiffre d'affaires à engranger en tant que tel".