Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En marge du 14 juillet, une cérémonie à Leyr en hommage aux Africains d'hier et d'aujourd'hui

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une cérémonie s'est tenue ce mardi à Leyr au pied de l'arbre de la Fraternité. Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées en hommage aux Africains morts pour la France et aux migrants disparus en Méditerranée.

La stèle en hommage aux Africains d'hier et d'aujourd'hui, posée devant l'arbre de la Fraternité à Leyr
La stèle en hommage aux Africains d'hier et d'aujourd'hui, posée devant l'arbre de la Fraternité à Leyr © Radio France - Isabelle Baudriller

Elles s'étaient données rendez-vous au pied de l'arbre de la Fraternité, près du stade de football de Leyr (Meurthe-et-Moselle). Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées ce mardi, en fin de matinée, à l'appel du collectif citoyen de Leyr et des bénévoles de RESF, Réseau Education sans Frontière. 

Près de l'arbre planté en 1989 pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française, une stèle en pierre érigée il y a deux ans honore les Africains d'hier et d'aujourd'hui. "1918, aux 30.000 Africains morts pour la France / 2018, aux milliers de migrants africains morts en mer" peut-on lire. Un bouquet de fleurs des champs y est déposé symboliquement dans un obus de la Grande guerre en guise de vase.

Destin commun

Choisir la date du 14 juillet pour cette cérémonie n'est pas anodin. "Parce que c'est la fête nationale", rappelle Marie-Thérèse Colin, de RESF, "et parce que cela a à voir avec l'idée d'un destin commun entre nos amis africains et les Français."

Il faut en assumer toute l'histoire et aussi les drames d'aujourd'hui - Marie-Thérèse Colin, RESF

Quelques-uns des participants à cette cérémonie d'hommage
Quelques-uns des participants à cette cérémonie d'hommage © Radio France - Isabelle Baudriller

Un rassemblement qui touche Karim, jeune Malien qui va entrer au lycée agricole de Mirecourt en septembre. "Pour moi, c'est très important. Les gens, ils sont tellement sympas avec nous. L'année prochaine, je vais au lycée. C'est génial vraiment !" 

Un 14 juillet en marge des célébrations officielles. Et un propos revendicatif pour Noël Barroyer, du collectif citoyen de Leyr. "Notre feu d'artifice à nous, c'est cette modeste manifestation. Soyons raisonnables, demandons l'impossible : la régularisation massive de tous les sans-papiers."

Dernier symbole : une pétition pour la régularisation placée dans un petit flacon et jetée dans la Seille, le cours d'eau local, comme une bouteille à la mer. "Eux, la mer, ils la connaissent", poursuit Noël Barroyer. "La mer, c'est l'eau, c'est la vie mais pour beaucoup de jeunes, c'est aussi la mort. La bouteille à la mer, c'est le symbole d'appel à l'aide. Nous, on lance cette bouteille-là à Emmanuel Macron pour qu'il s'en saisisse, qu'il réagisse. On jette ce petit flacon-là dans la Seille qui rejoint la Moselle puis le Rhin puis la Mer du Nord et on espère qu'il mettra à mal toutes les frontières et les murs qu'on a su, nous les hommes, ériger entre nous."         

Choix de la station

À venir dansDanssecondess