Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Mayenne, des associations sont au bord de l'asphyxie financière

dimanche 14 avril 2019 à 21:44 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Plusieurs raisons, et notamment la baisse des dons de 4% en 2018, expliquent cette tendance. Les subventions publiques apparaissent alors comme une solution, insuffisante pour certains qui critiquent le FDVA, le Fonds de Développement de la Vie Associative, géré par l'Etat.

Illustration
Illustration - Ville de Nice - DR

Mayenne, France

Pour les associations mayennaises, ce lundi 15 avril est le dernier jour pour formuler une demande de subventions. Elles n'ont plus que quelques heures pour remplir un dossier auprès du Fonds de Développement de la Vie Associative.

Mais des responsables de structures associatives tirent la langue. ll y a un véritable assèchement des ressources financières : baisse des dons, plus de 4% l'an dernier, baisse des dotations aux collectivités qui ont un rôle de redistribution, suppression de la réserve parlementaire remplacée par le FDVA, fonds de développement de la vie associative. 

Le député centriste du Nord-Mayenne, Yannick Favennec, s'en émeut : "la réserve parlementaire c'était 90 millions d'euros, en gros la moitié pour des projets portés par des communes, l'autre pour le tissu associatif. Le FDVA, c'est 25 millions et il est géré par des technocrates qui n'ont pas la même connaissance du terrain que nous avons, que nous avions, nous les élus". 

Moins d'argent signifie moins d'actions, moins de présence, moins d'animations

Les associations ont pourtant, dans les territoires les plus isolés, un rôle social essentiel, ce sont des éléments d'attractivité et de dynamisme. Jean-Benoit Le Nagard est le président de l'association "Familles Rurales" en Mayenne : "ça met en danger notre mission d'accompagnement des associations locales. Nous sommes support technique pour des petites associations gérées par des bénévoles qui n'ont pas forcément les connaissances techniques et juridiques nécessaires. Certaines associations ne peuvent plus mener des actions ambitieuses. C'est un tissu indispensable en Mayenne". 

L'autre problème est technique, juridique. Monter un dossier de subventions relève parfois du casse-tête chinois. Les associations, les plus petites en particulier, réclament donc une simplification des démarches administratives.