Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Mayenne, une faible mobilisation pour la concertation publique sur le Parc Grand Ouest

-
Par , France Bleu Mayenne

La concertation publique pour le Parc Grand Ouest est terminée depuis ce 31 octobre. Vous avez été moins d'une vingtaine en quatre mois à poser vos questions ou à faire part de vos critiques sur le parc d'activités qui verra le jour en 2024 entre Argentré et Bonchamp.

Le premier coup de pelle ne sera pas donné avant 2023 pour ce projet de Parc Grand Ouest entre Argentré et Bonchamp.
Le premier coup de pelle ne sera pas donné avant 2023 pour ce projet de Parc Grand Ouest entre Argentré et Bonchamp. - Mairie de Bonchamp

Département Mayenne, France

Le projet du parc Grand Ouest entre Argentré et Bonchamp avance. La concertation publique entamée en juillet, s'est terminée ce 31 octobre. Vous avez donc pu faire remonter vos inquiétudes ou vos critiques sur ce parc d'activités de plus de 100 hectares qui verra le jour en 2024. 

Ce parc doit répondre à une urgence, celle de trouver de nouvelles parcelles pour accueillir des entreprises selon Yannick Borde, le président de Laval Economie : 

On vend entre 12 et 15 hectares par an sur le territoire de l'agglo et aujourd'hui, il nous reste un peu moins de 60 hectares en stock. C'est donc moins de trois ans de stock. C'est faible, voire trop faible.

Pour l'instant, aucune entreprise ne s'est manifestée. C'est trop tôt selon Gwénaël Poisson, le maire de Bonchamp qui a quand même en tête le secteur agroalimentaire et celui de la logistique. Ce dernier sera notamment porté par la plateforme rail/route de Saint Berthevin et un nouvel échangeur sur l'A81

Des registres mis à disposition quatre mois

Du côté des riverains, la mobilisation pour cette concertation publique n'a pas été très forte. Si on prend par l'exemple du registre mis à disposition en mairie à Bonchamp, il n'y a eu que quatre participations

Il y a eu quatre contributions dans le registre dédié au projet de Parc Grand Ouest mis à disposition en mairie à Bonchamp.  - Radio France
Il y a eu quatre contributions dans le registre dédié au projet de Parc Grand Ouest mis à disposition en mairie à Bonchamp. © Radio France - Aurore Richard

A Argentré, la commune qui est la plus concernée par ce projet, c'est encore moins : seulement deux contributions.

Il y a par exemple l'association de "la Bordelière", un hameau tout près du parc et ces riverains ont peur de se retrouver encercler et ils demandent même à être expropriés.

Des conséquences sur le trafic routier ? 

Ils s'inquiètent des nuisances pendant les travaux (le bruit des machines, les déviations, etc.) et ils ont peur que cela continue même une fois que le parc sera fini avec l'augmentation du trafic routier notamment.   

L'association de riverains "La Bordelière" est l'une des deux seules contributions dans le registre en mairie à Argentré.  - Radio France
L'association de riverains "La Bordelière" est l'une des deux seules contributions dans le registre en mairie à Argentré. © Radio France - Aurore Richard

Cette crainte est partagée par le maire d'Argentré, Christian Lefort. "Quand on vient du sud, d'Angers ou de Château-Gontier, on emprunte la N162, le rond-point Ménard et on risque d'avoir des difficultés de circulation sur ce rond-point qui est déjà saturé aujourd'hui et là on va en ajouter une couche", estime l'élu. 

Début des travaux en 2023

Christian Lefort compte bien se faire entendre sur cette question dès la fin de l'année 2019, au bilan de cette concertation. Les études d'impact et les études environnementales pourront commencer courant 2020. 

Le premier coup de pelle ne sera pas donné avant 2023 pour ce projet porté par Laval Agglo et le département de la Mayenne. Un projet à près de 52 millions d'euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu