Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Meurthe-et-Moselle, de jeunes sans papiers créent leur propre collectif pour se faire entendre

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Des jeunes sans papiers de Meurthe-et-Moselle viennent de créer leur collectif pour faire entendre leur voix et demander leur régularisation. Ils sont déjà une cinquantaine.

Ils ont présenté leur collectif lors du "cercle du silence" place Stanislas à Nancy.
Ils ont présenté leur collectif lors du "cercle du silence" place Stanislas à Nancy. © Radio France - Manon Vautier-Chollet

En Meurthe-et-Moselle, de jeunes mineurs et majeurs sans papiers ont décidé de se regrouper en collectif. Ils sont déjà une cinquantaine. Leur objectif : demander leur régularisation au plus vite et obtenir un rendez-vous avec le préfet du département pour se faire entendre.

Déjà une cinquantaine de jeunes

Ces jeunes migrants, originaires d'Afrique pour la plupart, sont arrivés en France puis en Meurthe-et-Moselle il y a plusieurs mois voir années. Si certains ont obtenu un titre de séjour (qui reste parfois provisoire) d'autres n'ont toujours pas de réponse, ou ont reçu une OQTF, Obligation de quitter le territoire français. 

Sans papiers, on ne peut rien faire. Des patrons veulent nous embaucher mais ne peuvent pas.

Le plus dur pour eux, c'est d'être bloqué dans tout ce qu'ils entreprennent. "Sans papier, je ne peux même pas passer mon bac à la fin de l'année" explique l'un d'entre eux, quand un autre ajoute "j'ai un CAP en poche, mais je n'ai pas le droit de travailler, et je ne peux pas non plus passer mon permis".

Tout ça, les jeunes du collectif veulent le raconter en personne au préfet de Meurthe-et-Moselle, sans passer cette fois par les associations qui les soutiennent. Une position risquée, puisqu'ils vont s'exposer directement aux autorités. Ils en ont conscience mais n'ont plus envie de se taire, et n'ont plus rien à perdre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess